mercredi 13 juin 2012

Ma reconnaissance à moi

Il faut remonter très loin pour voir tout le cheminement qui a dû se faire depuis le début de notre vie "pas comme les autres"...

Vous pouvez constater par vous-même à plusieurs endroits sur le blog. J'ai ai ressorti deux mais il y en a eu d'autres au fil du temps  :  Les sentiments du jour et Regard.

Être mère à la maison, c'est un peu différent d'une mère qui travaille.  À la maison, la seule reconnaissance que la mère peut avoir est celle de son conjoint, et parfois celle de gens qu'on croise ici et là, au fil de notre vie.

Au travail, il y a ce petit moment, cette reconnaissance (habituellement) qu'on voit l'appréciation des gens sur ce qu'on accompli dans la journée, au fil du temps.  C'est concret, par une petite tappe sur l'épaule, un "bon travail", en voyant l'accomplissement d'un gros projet.

La reconnaissance, la mère à la maison doit se la faire souvent elle-même, à travers le conjoint qui chiale d'un morceau de linge qui n'a pas encore été lavé, et les enfants qui crient pour tout avoir en même temps, qui se plaignent qu'ils n'aiment pas le repas qu'on leur a préparé.


Lorsqu'on arrive avec des enfants "dys" (terme fréquemment utilisé sur le net pour nos enfants différents (dysphasie, dyspraxie, dyslexie, autisme et cie), ce peut être plus difficile de voir le succès de notre travail de parents.  Les progrès sont plus lents, les crises plus fréquentes, l'autonomie moins présente.  Vous savez, cette fierté qu'à le parent de voir partir pour la première fois son  enfant à vélo pour aller chez un ami? Ce sont des petites choses, qui comblent le coeur et qui font toute la "reconnaissance".

C'est plus difficile avec les enfants différents, et il faut se concentrer sur des petites choses, mais, avec des enfants différents plus "turbulents", il y a des jours où, on a l'impression  de l'échapper.

Si j'ai dû apprendre au fil du temps à ne pas m'en faire avec le  regard des autres, à me reconnaître moi-même dans mon rôle de mère à la maison, à savoir tout ce que j'ai accompli avec mes enfants même si en réalité ça ne parait pas du tout pour le regard extérieur. Imaginez, la mère qui cri parce que son enfant de presque 6 ans s'est un peu éloigné. La mère qui dit non et que l'enfant ne bronche même pas après plusieurs avertissements, celle qui finalement par moment soupire et laisse aller un comportement "un peu tannant" mais pas si grave, après avoir tenté plusieurs fois de contenir l'enfant. Assis toi-là, non fais pas ça, revient ici, etc...

Ben quoi, en réalité pour quelqu'un qui ne sait pas, on a l'air des parents sans autorité qui laissent leur enfants tout faire et des enfants "mal élevés". 

Pas tout le temps heureusement! Mais bon quand on doit dire à notre enfant de 7 ans et demi de débarquer de sur la table d'un casse-croûte! Ou qu'elle est grimpée sur le rebord d'une fenêtre...

Donc, il y a de cela quelques années, je vous écrivais tout ça, la larme à l'oeil et triste.  Aujourd'hui, j'ai fait mon cheminement et c'est correct je ne m'en fais plus avec ça.

Mais la petite tappe sur l'épaule, même si j'accepte la situation, c'est plaisant de l'avoir une fois de temps en temps.


Cette petite tappe, je la reçois, à travers d'autres personnes, qui ne réalisent peut-être même pas à quel point ça peut faire du bien. 


Ma reconnaissance à moi, par rapport à tout ce que je fais pour mes enfants, c'est un compliment, c'est d'entendre l'éducatrice spécialisée de l'école de la grande me dire comment elle trouve charmante ma fille, qu'elle est affectueuse.  C'est de m'être fait dire comment Tommy était un rayon de soleil dans une journée, par son sourire et son rire contagieux.  C'est d'avoir reçu une lettre, me disant comment le temps passé avec Tommy a été agréable et qu'ils vont s'ennuyer. C'est qu'on me dise qu'on espère pouvoir l'avoir encore dans leur groupe l'an prochain... parce que même si Tommy n'est pas facile, il apporte un petit quelque chose, une dose de bonheur dans la vie.

Ma reconnaissance, ça été de recevoir la lettre conviant la grande à un gala de reconnaissance pour ses efforts durant l'année. Ça a été de la voir, fière, en avant d'une centaine de personnes, à recevoir son diplôme et son trophée.

Ma reconnaissance, c'est d'entendre les intervenants me dire qu'ils pensent à nous, qu'ils s'ennuient par moment. 

C'est quand on me dit que je fais un bon  travail, même si bon, ça j'ai encore à travailler sur ma confiance/culpabilité de mère d'enfants différents.

C'est d'avoir une note de l'enseignante dans l'agenda de la grande qui me dit qu'elle a apprécié son année avec celle-ci. Ce même si elle a fort probablement donné quelques petits maux de tête en début d'année.


Toutefois, comme je viens avec un bagage du passé, j'ai eu de la difficulté à accepter ces compliments, ces reconnaissances, sans le petit doute qu'on devait de toute façon dire ça à tous les parents non?

Avec le temps, je les prends de plus en plus, et à travers les journées difficiles, celles où parfois je peux vivre des moments de découragement, de grande fatigue, je me rappelle ces mots qui me font du bien.  Je peux aussi fermer les yeux, voir la lueur qui brille dans les yeux des mes enfants... c'est toute la reconnaissance que j'ai besoin. C'est mon boost, pour continuer d'avancer!

0 commentaires:

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008