jeudi 28 juillet 2011

Saviez-vous que l'enfant TED était mal élevé?

Saviez-vous que l'enfant TED est mal élevé?

En fait... le problème, c'est qu'à ce jour il n'existe pas de livre sur "comment élever un enfant TED". 

Il y a des livres sur le développement de l'enfant "normal". 

Il y a des livres sur le développement de l'enfant TED.

Il y a des livres sur comment éduquer l'enfant "normal".  Renforcement positif, méthode de "punitions" etc.. etc..

Je cherche encore toutefois le livre sur comment "punir" l'enfant TED... et je ne l'ai pas trouvé!


L'enfant TED (du moins les miens!!) sont mal élevés, pas par manque de volonté mais par manque d'imagination!!!!

(vous comprenez mon sarcasme quand même j'espère!!)


Je me souviens, et une connaissance à moi m'aura dit la même chose, que je me sentais donc poche comme mère (sujet que j'ai déjà abordé auparavant).  C'est assez culpabilisant aller prendre une marche avec des amis dans les enfants de deux ans arrivent à suivre à pied sans tenter de se sauver, alors que le tiens part de tous les cotés.

Je me souviens de tous ces sentiments que j'avais face à mes enfants... je me sentais en échec sur l'éducation que je tentais de leur donner! 

Pourtant ce n'est pas faute d'essayer.  Je pourrais vous faire la liste ici de toutes les choses essayé avec la plus grande quand elle était petite. RIEN n'y faisait. 

Renforcement positif (promettre un collant, une surprise etc..) : échec (les agissements avaient lieu quand même).

Menaces (enlever un objet préféré) : échec(elle m'aidait à ranger l'objet préféré en question avec le sourire en plus!).

Avertir d'une conséquence (tu vas aller dans la poussette si tu ne suis pas à pied) : échec(ok! je m'asseois dans la poussette alors ça me fait plaisir).

Chaise de punition : échec (elle chantait même si on la mettait face au mur : regarde maman je dessine un canard, dit-elle en faisant semblant de dessiner avec ses doigts).


Même les conséquences après acte. Enlever un privilège etc...  le lien ne semble même pas se faire entre l'acte et la conséquence même avec de nombreuses explications verbales.

Priver du carré de sable parce qu'elle en lance ne lui empêchera absolument pas de le refaire une prochaine fois rapprochée.


Bien entendu il y a de "l'enfant normal" dans ce que je décris. À vrai dire pour le comprendre il faut vraiment être devant l'enfant et voir son "pas de réaction"... qui est assez déstabilisant.

Oui oui...  On tente de discipliner du mieux qu'on peut avec des enfants qui ne font pas du tout les liens de la même façon que nous... et qui ne semble JAMAIS se sentir coupable de leurs actes... ce qui en font aux yeux des autres de vrais polissons.

Avec Tommy, évidemment on ne peut pas tomber dans les explications verbales, donc c'est un acte une conséquence. Mais comment expliquer à un enfant "plutôt non-verbal" qu'on lui enlève son crayon parce qu'il a dessiner sur le mur. Parce que lui ne fera absolument pas le lien, et un autre jour, il refera la même chose... avec la même peine quand on va dire non... sans qu'on puisse vraiment dialoguer sur le problème. Il m'arrive même que pendant le "non" qui devrait lui faire lâcher le crayon, il se dépêchera plutôt à finir de dessiner... parce que lui il a une image prédéfini dans sa tête qu'il veut finir.  Croyez-moi, même l'enfant de 18 mois comprend plus rapidement le "non" sur certaines choses.

En effet c'est aussi un autre problème. Oubliez l'idée de hausser le ton, déjà  qu'on a de la misère à les faire se retourner lorsqu'on les appelle!!!

À vrai dire, il m'arrive parfois de devoir CRIER... pas pour les chicaner, mais vraiment encore plus fort qu'un simple haussement de ton, seulement pour réussir à avoir le "retournement" attendu (qui sera semblable à ce qu'on s'attend lorsqu'on appelle un enfant par son nom). Parce que sinon il se peut que je répète dans le vide un non catégorique 3-4-5 fois avec le nom de l'enfant 4-5-6-7 fois...  Oui je l'avoue j'ai dû le faire quelques fois pour réussir à capter leur attention lorsque j'étais dans une situation soit dangereuse ou bien que je ne pouvais tout simplement pas m'approcher de l'enfant (genre quand on est occupé à brasser quelque chose de chaud sur le four pour éviter que ça déborbe!).

Toutefois comme j'ai mentionné, le plus déstabilisant c'est le "je m'en fou" qu'on pourrait croire voir dans le regard de l'enfant.  C'est bien ce que certaines personnes non-informées pourraient penser.  Pourtant ce n'est pas un "je m'en fou" que je lis dans le regard mais bien un "je suis plus là, je comprends plus trop".  Il arrive donc régulièrement que j'aie l'impression de perdre tout contact avec l'enfant au moment où j'essaie de dialoguer ou expliquer une conséquence xyz.  On a, par moment, vraiment l'impression de perdre notre temps!

À chaque fois j'en reviens au même questionnement. Qu'est-ce que je  pourrais faire de mieux et surtout assez efficace pour pas avoir l'impression de tenter d'élever un mur de béton!!!

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008