lundi 15 septembre 2008

Petits moments de bonheur !


Hier nous avons reçu à souper. Tommy a passé une assez bonne journée. Assez bien mangé aussi. Il était content d'avoir sa mamie qui jouait avec lui... jouer à courir après, rouler le camion etc..


Peu après le souper Tommy était dans son coin à fredonner les chansons qui jouait sur son piano.


Nous l'avons écouté.


À la fin de la chanson tous en coeur nous lui avons fait des bravos.


Tommy tout content repart une chanson et la fredonne en nous regardant de ses yeux brillants.

On le félicite encore ! Quel bonheur !!


Tommy tout heureux recommence encore...

Mais là oups... il fredonne la moitié de la chanson et s'énerve des bravos à venir (battements des bras et jambes qu'il fait dans ses moments de stimulation...)

On félicite encore..


Encore une fois il part la musique, mais ne fredonne plus et tout content attend ses bravos et les fait en choeur avec nous !


Suite des démarches


Un petit brin d'encouragement ce matin.


J'ai appelé l'hopital. Malgré ce qu'on m'avait dit au CLSC.. lors de mon rendez-vous du 26 août, mon pédiatre avait faxé la demande directement à l'hopital. Donc presque 3 semaines de sauvées ;) On va les prendre volontier.


Ensuite j'ai parlé pour le délai d'attente. On m'a dit 6 mois environ.


Mais j'ai questionné concernant les priorités. Évidemment je suis trop saine d'esprit ;) Je devrais menacer de me suicider ou d'abandonner mon enfant pour passer plus vite !


OU


Mon pédiatre peut appeler directement le pédo-psy et lui faire part de l'urgence de la situation... et ensemble ils peuvent prendre la décision de voir mon garçon plus rapidement.


Le message à mon pédiatre est envoyé... il devrait le voir mercredi !


En espérant ravoir des nouvelles cette semaine.


Et surtout revenir à mon espoir d'un diagnostic avant Noel. Je ne demande pas meilleur cadeau pour cette année !

Pourquoi ?

Vous l'attendiez n'est-ce pas ? Cette question fatidique qui revient probablement dans votre esprit suite à votre lecture. Question qui revient pour tout le monde peu importe l'épreuve qu'on peut traverser.

Le fameux POURQUOI ?


En tête il me vient.. principalement le pourquoi mon garçon ? Pourquoi ces épreuves qui semblent s'acharner sur nous ? Pourquoi ce rôle de parents qui est tant attendu ce doit d'être si compliqué ?


Je m'explique encore une fois.


Je ne fume pas.
Je ne bois pas.
Je mange bien.
J'ai pris mes vitamines avant et pendant la grossesse.
J'ai fait attention à tout ce que je pouvais.


Ma grande

Une grossesse à risque.
Manque de liquide amniotique sans explications du pourquoi (encore le fameux pourquoi).
Suivi serré aux semaines, bureau et échographies par dessus échographies.
Un médecin qui s'inquiète à savoir si on va mener le bébé à terme et en bonne santé.
Bébé qui dans les circonstances ne peut pas se tourner.
Bébé qui a 37 semaines et quelques doit sortir... mon corps ne fournit plus pour lui.
Césarienne.

La césarienne à 37 semaines combinées du manque de liquide et retard de croissance in utero amène ma petite puce à être 7 jours à la pouponnière. Malgré tout elle est en pleine forme et revient à la maison en santé et reprends le temps perdu rapidement. Elle a une c.i.v (communication inter-ventriculaire.. trou dans un ventricule du coeur..) de naissance mais qui se refermera seul avant ses un an.

Ma grande a été un bébé facile, mais elle a souffert des dents et elle vomissait facilement.

De 9 mois à 2 ans nous avons passés une moyenne de 3 nuits semaines debout durant la nuit à la consoler et nettoyer les dégâts.

À partir de 9 mois aussi environ ma fille ne dort pas beaucoup comparé aux bébés de son âge. Se rajoute une insécurité incontrolable.. elle pleure lorsqu'on arrive en visite, elle pleure aux sons, elle pleure de voir un enfant tomber... oufffff.

La garderie à été un échec total. Elle hurlait et hurlait.

À 20 mois elle ne dort plus de la journée. Elle se réveille encore parfois la nuit lors des crises de dents... qui heureusement achèvent de percer.

À environ 3 ans. L'insécurité y est toujours. Durant l'été alors qu'un enfant "normal" dormirait d'épuisement des sorties de l'été (piscine, parc etc..), ma fille plus elle stimulée moins elle dort. Trois semaines d'enfer à se lever la nuit durant 2-3hrs à tenter de rendormir une enfant surstimulée. Les punitions ? Rien à faire. On l'assoit sur la chaise de punition, elle ne bronchera pas et chantera une chanson, dessinera sur un papier imaginaire...

À bientôt 4 ans ... elle peut prendre jusqu'à 1h-2hrs s'endormir le soir. Pas toujours heureusement encore. Mais ça arrive fréquemment. Les sorties sont un peu plus compliquées... elle n'écoute pas, court partout. Elle se réveille encore certaines nuits.. disons 1 par mois en moyenne. L'insécurité ? de pire en pire. Elle a toujours peur des sons, peut trembler d'angoisse, peur des hauteurs..., peur chez certaine visite... , et les punitions.. ça n'a pas changé ;)

En tant que parents on vient à se questionner qu'est-ce qu'on ne fait de pas correct. On manque d'autorité ? Ou plusieurs autres questions peuvent nous traverser l'esprit.

Le médecin m'a donné un semblant de réponse. Il voyait peut-être chez ma fille un déficit d'attention. Avec peut-être un peu d'hyperactivité.. qui dans son cas s'expliquerait plus sur le peu de sommeil, et les sorties. Tout ça n'est pas confirmé... mais si ça arrive.. on aurait une petite réponse à ses comportements.


Mon grand

Tommy. Une grossesse qui s'est bien passée jusqu'à la fin. Malheureusement une dernière échographie nous montrait un bébé qui ne voulait pas bouger et un manque de liquide dramatique. Résultat ? Césarienne encore une fois. Rien de dramatique ici, Tommy était en pleine forme et c'était le principal.

À 2 ans on se lève encore et toujours la nuit pour lui. Surtout présentement alors qu'il achève... on espère de percer ses maudites dents. Ses réveils peuvent durer des heures, juste cette semaine il peut pleurer aux heures, ou presque non-stop pendant deux heures. Papa doit parfois aller se coucher avec lui pour le consoler et l'aider à le rendormir. Pour le reste, vous connaissez la suite.


Ma minie

Ma minie... celle qui devait être facile non ? Pourquoi pas après deux ? Le bébé qui s'élève seul m'aura-t-on dit pendant ma grossesse.

Une grossesse facile.. enfin. Petit hic par contre, vers 26 semaines on m'annonce une pyélectasie aux deux reins. À 28 semaines ce sera au rein droit seulement. Le bassinet du rein est dilaté. Césarienne, pas vraiment le choix après deux .. et surtout 15 mois entre les deux dernières.

Une petite puce est née en pleine forme. Son rein ne semble qu'une malformation sans gravité... Une petite puce formidable qui m'a gâtée de 0-4 mois. Mais ensuite.. oufff... rhume par dessus rhume... , elle décide aussi qu'elle n'accepte personne d'autre que moi. Le grand 6 mois arrive mon bébé sourire, qui dormait environ 9hrs par nuit recommence à se réveiller à TOUTES les nuits le jour même du début des solides. "Ce n'est pas censé aider les nuits me suis-je questionnée.". Oh la la! On parle maintenant d'un bébé qui dormait 17hrs par jour à presque plus. Qui était souriante, qui passe sa journée à chigner. Un bébé qui me gruge tout l'énergie qu'il me reste en marchant à 4 pattes plus tôt que les deux autres, en mettant tout tout tout dans sa bouche, en s'accrochant à mes jambes en pleurant alors que j'essaie de préparer les repas, en pleurant en se frolant à peine la joue, ou en trébuchant sur un jouet...

Et maintenant ? 10 mois et demi. Elle se réveille jusqu'à 2hrs de temps plusieurs nuits par semaine. Et se réveille à presque toutes les nuits depuis maintenant presque 5 mois.






Alors que certains moments de déprime me viennent avec le peu d'énergie qu'il me reste pour accomplir mes journées... parfois je sanglotte avant de me rendormir en me questionnant : "POURQUOI ?" "Pourquoi moi ? " "Qu'est-ce que je fais pour mériter ça ?"


Non mais on ne se le cachera pas. Personne, je ne pense pas que personne peut tolérer une telle situation sans déprimer par moment. La fatigue nous gagne et c'est normal.

Alors voilà tous les questionnements qui peuvent survenir chez moi.

Pourquoi mon garçon a un problème ? Pourquoi j'ai l'impression d'avoir gagné le "gros lot".

Je suis allée à la clinique la semaine dernière avec ma minie qui faisait une roséole. Je suis tombée sur le docteur qui m'a encouragé dans mes démarches pour l'évaluation de mon garçon pour le t.e.d. Alors que la plupart des bébés passent la roséole de façon pratiquement inaperçu... évidemment, ricanera le docteur lui aussi... je serai tombée sur le 20% de cas pour qui l'enfant souffre de démangeaisons à ne pas en dormir de la nuit.



Ne vous méprenez pas par contre.

Je garde la tête haute malgré les épreuves.
Je garde le sourire à tous les jours.
Je compatis avec toutes celles qui vivent des difficultés, non je ne me crois pas pire ou mieux qu'une autre.


Ma motivation ?

Mes enfants ! Les joies que les voir grandir m'apporte. La fierté que je ressens de passer à travers les épreuves ! De savoir que oui un jour il vont grandir et que ça va être plus facile.

Pour mon garçon ? Toute la gamme d'émotions qu'il m'apporte à tous les jours. Que ce soit de la joie ou de la peine. Il me fait vivre ! Il me rempli de bonheur lorsque je réussis à lui arracher un sourire.

Et surtout je m'entoure de gens qui m'apprécient et m'encourage.

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008