vendredi 14 novembre 2008

Je le savais

Désolé pour le manque de couleur sur le blog. J'aimerais bien y ajouter des images, ou autres choses pour égayer un peu le tout... mais malheureusement pas le temps de fouiller pour tout ça ! Ne m'en voulez pas trop !!!


Ceci étant dit.

Je savais très bien que pour moi le début des évaluations serait une étape difficile à traverser. Je suis dedans ... et oui c'est difficile.

Je connais quand même bien mon garçon, et ses comportements. Comme j'expliquais à l'éducatrice qui s'occupe de lui pendant son séjour, Tommy c'est un enfant qui "comprends" vite. C'est aussi un enfant qui répond très bien par le jeu. On a un meilleur contact visuel dans ces situations.

Je donne un exemple. Cet été j'étais inquiète. J'avais peur de me battre avec lui constamment pour lui remettre son chapeau. Mais non ! Pas du tout. La première journée j'ai eu à lui remettre 3 fois de suite sur la tête et ensuite il s'est laissé faire. Tommy semble comme ça pour tout. C'est quand même un point très positif d'ailleurs.

Mais les difficultés sont là quand même. Le retard de développement est là quand même. Les maniérismes sont là aussi.

Je dis je le savais. Dans le sens, qu'en dedans de moi je me doutais que ça se passerais bien pendant son séjour. Et c'est le cas !

Pourquoi alors mon texte semble un peu triste ? Parce que je le suis.

Ne vous inquiétez pas, je suis tout de même très heureuse de savoir que mon garçon passe une bonne journée !! Mais tous les questionnements et sentiments de culpabilités sont là. C'est dur d'accepter en tant que mère que je ne suis pas la meilleure personne pour aider mon garçon. Je dois aussi faire la différence entre c'est de ma faute et pas. Ma faute ? C'est peut-être le fait de l'avoir à la maison, il ne vit pas dans une structure tel que la garderie... peut-être qu'il aurait mieux évolué là-bas? Les questionnements sont nombreux. Je me sens coupable du temps que je n'ai pas accordé à mon garçon, comme si son retard était entièrement de ma faute.

Je me répète sans cesse que je fais mon possible. Je le crois... mais j'ai l'impression que mon possible n'est pas suffisant. Je vois mes enfants avoir des difficultés et je ne sais plus où donner de la tête dans tout ça.


Alors le résumé des deux premières journées

La première journée

La première journée Tommy va avoir fait plus de crises entre les différentes transitions. Le garder assis aura été plus difficile dans les périodes de "travail" et au moment de la pause télévision. À la sieste ça aura pris 45 minutes pour le faire dormir, il se sera débattu assez, en pleurant, ils auront dû le maintenir un peu de force couché sur son tapis pour qu'il finisse par tomber de fatigue.

L'éducatrice approuve nos dires sur le fait qu'il a un gros retard de développement... c'est évident. Aussi qu'il ne "comprend" pas grand chose.

Il n'a pas fait de ses manies.. style tourner autour de la table, sur lui-même ou battements d'ailes etc... ce qui pour moi est tout à fait normal. Lorsque nous allons en visite, Tommy est ébloui par les nouveautés, et n'aura pas ce réflexe puisque chez nous il le fait en forme de jeu et d'excitation... ce qui n'est pas le cas dans un endroit nouveau. Il se promènera plutôt les yeux grands grands grands ouverts !

L'éducatrice me dit qu'il lui a volontairement apporter une balle pour jouer.
Il a fait un peu sa manie d'alignement, n'a pas beaucoup mangé et à fini par tout jeter par terre. À la collation il aura rit aux éclats... sans qu'on sache trop pourquoi.

On discutera moi et elle de Tommy en le qualifiant de "soumis". Il capitule rapidement... ce qui fait que les crises ne durent pas longtemps, qu'il "comprend" rapidement et ne se débat pas longtemps avec nous. Il y a un juste milieu et Tommy n'y est pas pour le moment.


La deuxième journée

Il n'y pas grand chose à dire ici... à part que tout s'est bien passé. Et oui...déjà à la deuxième journée.

Aucune crise.

L'éducatrice me dit qu'elle a utilisée les photos pour les changements d'activités et qu'il y aura bien répondu. Lui aura même tendu la main pour se préparer à changer de local. Elle me dit qu'évidemment il "bloque" en chemin, fixe les plafonds ou autre... mais qu'en général ça se passe très bien. Il a dit quelques mots... maman, cheval etc.. et compté un peu (il a commencé ça la semaine dernière... il répète avec nous et compte jusqu'à 10 !!! trop mignon !!!).

Il continue ses manies d'aligements et faire tourner les objets, mais pas ses manies physiques citées plus haut.

L'éducatrice sera témoin aussi lorsque nous allons porter et chercher Tommy qu'il n'a aucune réaction. Il ne réagit pas à notre départ ni à notre arrivée. Il ne nous regarde pas du tout. Il est mou. Elle va le chercher dans la pièce où il écoute la télévision et il est mou. Elle doit le lever de force, il s'écrase par terre et doit le tenir pour l'amener jusqu'au casier. Rendu au casier, il ne m'aura toujours pas regardé... ni sa grande soeur aujourd'hui. Il est assis par terre, les yeux grands et un peu vides. Il se laisse habiller sans broncher. Entre dans l'ascenseur et se dirige dans les corridors encore avec cet air ébloui par les lieux. Un étranger partirait avec, ça ne ferait aucune différence.


Là moi je me sens mal dans tout ça. Oui contente que tout aille bien. Mais j'ai peur de me le faire reprocher. Bon je m'attends déjà aux "ça lui prend un structure... " "trouver lui une place en cpe" etc... et dans ma tête ça sonne "vous faites pas bien votre rôle de mère". Comme si la seule solution c'était ça ! Au lieu de me montrer comment aider mon garçon aussi bien l'envoyer ailleurs ! J'ai aussi peur de me faire reprocher le fait qu'on a poussé pour avoir une place plus rapidement que le délai de 6 mois ... "voyons c'était pas si urgent que ça... "

Vous voyez le portrait. J'ai juste hâte de passer à autre chose. Pour moi c'est une étape extrêmement difficile. Je reviens à tous mes questionnements de départ. On pense à un TED/Autiste. Et si on avait tout faux. Nous leur avons fait perdre du temps... pris la place d'un autre enfant... si c'est pas ça c'est quoi le problème ? Oufff que d'émotions ! C'est rare que je le dis, et que je le sens vraiment... mais là je peux dire que je suis stressée. C'est dur et j'ai hâte d'avoir fini.

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008