samedi 22 mai 2010

OUSSSSST

OUSSST tous les mauvais sentiments. La culpabilisation, la peur des regards, le manque de confiance.

Que de chemin parcouru (et encore à parcourir!) depuis le diagnostic de Tommy, les démarches de la grande et le diagnostic de la minie.

C'est difficile, le chemin est parsemé d'embûche, parfois on tombe, parfois on revient sur nos pas (mauvais tournant?), parfois ça va bien et d'autres fois on grimpe une montagne... avec une autre montagne qui nous attend au sommet!

Par contre, j'arrive à regarder en arrière et voir TOUT ce qui a été accompli depuis le début!  Ça commence même bien avant le diagnostic de Tommy, tout le travail inconscient qu'on a fait avec la grande. Aujourd'hui on ne peut qu'être fiers de tout ce qui a été accompli.

Je me rappelle, parce que je lis ces personnes qui sont au même point que j'étais il y a deux ans, et je me souviens à quel point c'était difficile. La culpabilité! La peur du regard des autres! La peur du jugement! Avoir peur de mettre un mot sur un enfant qui est encore en attente de son diagnostic, malgré la certitude des professionnels.

Je me souviens à quel point j'ai requestionné mon choix d'avoir garder mes enfants à la maison. Surtout quand j'étais en épuisement complet, incapable de profiter de mon choix et de mes enfants.

Je me souviens à quel point je me sentais coupable de voir mon garçon s'auto-stimuler toute la journée. J'étais dont une mauvaise maman de le laisser faire, pauvre enfant qui n'a pas la stimulation nécessaire, qui ne progressera pas dans la vie, sûrement par ma faute.

Je me suis sentie coupable de ne pas payer des thérapies, de ne pas faire de "travail" à la maison avec lui...

J'ai eu de la peine de penser qu'on me remarquerait en sortie avec mes enfants "différents". Qu'on jugerait peut-être sur ma compétence de mère.


Le temps a passé, j'ai découvert un tout nouveau monde avec mes enfants, j'ai travaillé sur moi et têtue comme je suis, je ne me laisse pas abattre, je sors et je me fou complètement de ce que les gens pensent.
OUSSST la culpabilité, parce que je pense que je suis à un point où elle est de moins en moins présente. Plus je me renseigne, plus je vis avec mes enfants, plus je comprends de choses, que je comprends mes limites et surtout que je comprends que malgré tout ils ne sont pas si pire que ça?

Je me sentais coupable de ne pas stimuler Tommy de mon mieux. De le laisser s'auto-stimuler énormément. Je pensais que ça freinerait ça développement, que c'était de le "condamner". Vous savez quoi? Il m'a prouvé que j'avais tord. Il m'a prouvé qu'à sa façon bien à lui, il apprenait et se développait à son rythme. Il nous a montré toutes les connaissances qu'il a QU'ON NE LUI A PAS MONTRÉ... qu'il a appris de lui-même. Il m'a prouvé que malgré l'auto-stimulation il comprend beaucoup plus de choses qu'on pense.

J'avais compris ça, et j'ai visionné des vidéos qui prouvent exactement ce que je dis ici. Des enfants qu'on croyaient déficient qui pourtant enregistraient beaucoup plus d'information qu'on ne pouvait penser.

OUSSSST la culpabilité. Tommy s'auto-stimule, il en a besoin, c'est sa façon de s'amuser, qui serais-je pour le priver d'un de ses plus grands plaisirs? 


Je me suis sentie coupable de ne pas les envoyer à la garderie (ok la grande y va trois jours semaines), mais des semaines comme celle que je viens de passer me rappelle pourquoi j'ai pris cette décision. J'ouvre mes enfants au monde, mon énergie enfin revenue je peux me permettre de les sortir... épicerie, magasin, promenade au parc, vélo...  Je vois ma grande qui malgré qu'elle apprécie la garderie, me colle le matin et voudrait rester avec moi... appréciait cette découverte du monde que je lui permets.

Je me sentais coupable de la minie qui était dans la poussette, je me serais même sentie coupable de les mettre dans une remorque à vélo et partir 1hr...  plus maintenant. C'est du temps pour moi, mais pour eux tout à la fois. Sortir de la routine...  le plaisir qu'avait la minie de regarder les vélos et patins passer à coté d'elle.

Je disais têtue, parce que comme j'ai déjà expliqué... sortir avec les enfants n'est pas de tout repos... mais je le fais quand même (pas un fou non???). Malgré tout, malgré que je peux avoir l'air d'une vraie DINGUE au magasin, en sortie à devoir courrir après les enfants, que je peux être jugée parce que Tommy porte un harnais... qu'il s'écrase par terre en plein milieu du magasin? Je leur rend service... c'est un pas de plus vers l'acceptation de nos enfants en société. C'est important pour eux et je ne les priverai pas de ce qui est une de mes plus grandes valeurs parce qu'ils sont différents. Pour certains ce n'est pas important, pour moi amener les enfants PARTOUT c'est tout simplement naturel.

Je regarde mes enfants aujourd'hui et malgré mon imperfection(je l'ai déjà dit nous sommes tous imparfaits) je suis certaine que mes enfants sont heureux, qu'ils ont tout ce dont ils ont besoin.

OUSSST la culpabilité parce que les regards ne me dérange plus. Je fais de mon mieux et je le sais. Si vous voyez une fille au magasin qui essaie de parler à une employé en même temps qu'elle court après un des enfants qui se sauvent et l'autre qui parle sans arrêt posant milles questions ou touchant à tout... c'est probablement moi. Je le fais avec le sourire en plus! Outch le jugement!   Je ne me sens aucunement coupable des écarts de conduite des enfants. De Tommy qui la semaine dernière s'est ramassé à tourner dans la section "bar" du restaurant (oui vous avez bien lu) et moi qui tentait de mon mieux de le rattraper en ne perdant pas de vue la minie qui voulait se "casser" la gueule en grimpant sur un banc. Ou le moment où Tommy était couché par terre, mou comme une guenille, les serveurs devant le contourner! Culpabilité ZÉRO!  En quoi devrais-je me sentir coupable? Je m'occupe d'eux, je ne les laisse pas tout faire malgré ce que les gens peuvent penser et MOI je le sais.

OUSSST la culpabilité alors que hier j'ai courru après Tommy 2hrs dans la salle d'attente du docteur. Les larmes presqu'aux yeux, pas de culpabilité cette fois-ci mais de fatigue. Fâchée un peu(pas trop) de voir la secrétaire qui me regardait croche alors que Tommy tournait en chantant très fort dans ce qui était l'ancienne salle de jeu. Non mais quoi? Ils auraient préféré l'entendre pleurer pendant 2hrs. Si jamais elle avait eu le malheur de se plaindre je ne me serais pas gênée pour lui répondre.


OUSSST la culpabilité parce que je ne prendrai aucuns blâmes. Je ne laisse pas aller les enfants, je travaille à tous les jours avec eux, à régler des comportements, à les stimuler. Je le fais avec mes failles, et mes torts par moment MAIS JE LE FAIS.

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008