jeudi 8 août 2013

D'une année à l'autre

Il y a des moments dans une année, où on peut très bien comparer aux années précédentes l'évolution de notre enfant.  Ces moments où on réalise qu'ils ont changés, qu'ils ont grandit.

Noel, leur fête, l'entrée à l'école, la fin de la garderie...

On se souvient de l'année précédente, on voit un peu ce qui changé et ce qui est resté semblable...


Les vacances d'été s'ajoutent à ces moments qui nous ramènent dans le passé et dans le présent à la fois.

C'est là qu'on voit comment une petite fille, tornade, est devenue grande. Pouvant mieux se contrôler en sortie, qui ne se sauve pas aussitôt sortie de la voiture et qui demande la permission pour aller un peu plus loin.

Ou bien deux petites filles devenues grandes!  Je peux dire que la minie en a fait un sacré progrès dans la dernière année lorsque nous allons dans les endroits publics. Elle est encore un peu lunatique mais vraiment, elle est super et reste près de nous, nous demande la permission pour s'éloigner et surveille même son petit frère qu'elle ne veut surtout pas perdre de vue!

J'avoue que c'est un constat toujours agréable, même s'il vient dans notre cas avec l'envers de la médaille.

Les filles progressent bien, s'intéressent à plus de choses, peuvent nous accompagner plus facilement dans divers endroits et elles commencent à le demander.

Mais l'envers de la médaille, ce sont les contraintes venant avec un petit frère de tout juste deux ans, et un grand frère du nom de Tommy, qui a 7 ans, mais pas tout à fait à la fois.

Le grand frère lui, il ne change pas. Même que je serai honnête en disant que certaines choses oui ce sont améliorées, mais c'est bref, et instable. En général Tommy est beaucoup plus difficile à suivre aujourd'hui qu'il ne l'était il y a quelques années.

Il est plus grand, plus fort, notre simple prise de la main ne suffit pas lorsqu'il voit quelque chose qui l'attire et il n'est pas conscient du danger qui peut être présent.

Tommy observe beaucoup plus ce qui l'entoure, mais il est aussi beaucoup moins content lors de certaines sorties. Parce que maintenant il sait, il sait ce qu'il manque, ce qu'il veut... il sait demander. Un positif problème qui ne se posait pas les autres années. Maintenant, si on prend le chemin gauche mais que lui voulait aller à droite, on le sait. Soit il nous lâche et part à toute vitesse, soit il cri d'un cri perçant "OH NON c'est..."  ou "pas...".

S'ajoute maintenant, bien entendu, le petit dernier qui lui est loin de laisser sa place.


Pour plusieurs, c'est simple. On fait garder un pour faire profiter les autres.

Mouais...

Mais dans la réalité, ce n'est pas simple. Parce que le "un" (étant Tommy et le bébé pour le moment) mérite aussi qu'on sorte avec lui même si ça ne semble pas l'intéresser sur le coup. Par contre, c'est compliqué, parce qu'on ne peut limiter les sorties aux intérêts de Tommy, qui serait de crier dans les jeux d'eau en tournant autour (par exemple), ou jouer dans un parc.

Les filles grandissent et veulent plus. Et nous, en quelque sorte, on veut faire grandir Tommy aussi en l'amenant avec nous à toutes sortes d'endroits plutôt qu'en le gardant à la maison.

On lui faire voir le monde, du monde, autre chose, sortir de ses 4 murs et même si pour nous ce n'est PAS DU TOUT reposant, je trouve que c'est très important.


Les années passent est sans contredit la période qui me rappelle le plus les contraintes qui viennent avec un enfant comme Tommy, et même, les petites difficultés des autres.

Pour sortir, on doit penser avoir un accompagnateur. Simple? Du tout. Il faut le trouver hein! Et ça ne court malheureusement pas les rues des gens pour nous accompagner dans nos folles sorties.

Folles? Un peu, parce que les vacances devraient se passer sous le signe du repos, mais quand on sort avec Tommy, elles se passent surtout sous le signe de cheveux blancs prématurés et de stress.


Pour n'importe quoi. D'une simple sortie au centre d'achat, à aller manger une crème glacée avec les enfants. Malheureusement le seul endroit sécuritaire que j'avais déniché pour aller manger sans trop de stress la crème molle, a fermé cette année. On se retrouve donc aux bonnes vieilles crémières sur le bord d'un boulevard, d'une rue passante ou ayant un décor un peu trop attrayant pour les intérêts de Tommy au risque de le perdre. La plupart du temps, on mange dans l'auto. Un parent va commander et l'autre attend avec les enfants. Agréable hein?

Mais Tommy grandit et n'est pas dupe. Donc quand il voit une fois une des filles débarquer, la fois suivante, il veut que ce soit son tour. Lui aussi veut aller voir ce qui se passe à l'intérieur.

Juste débarquer Tommy de l'auto avec les autres enfants demande un bon planning. On débarque le bébé, on l'attache en sécurité(sinon il va se pitcher on ne sait où) avant de débarquer la minie (qui est encore parfois dans la lune) et ensuite Tommy en dernier, qu'on tient fermement pour éviter qu'il ne s'élance on ne sait où s'il s'adonnait à avoir vu quelque chose de TROP intéressant pour lui.

Tommy fait tout de même du progrès, il s'éloigne moins qu'avant et regarde maintenant en arrière.

Mais... il trouve plaisir à regarder en arrière et encore plus à nous voir vouloir le rattraper. Là c'est LE FUN qui commence!  Et, à 7 ans, il court maintenant aussi vite que nous, malheureusement. Le cœur fait deux trois bonds à chaque fois.


Encore une fois, ça semble simple. Attachons-le pourquoi pas!  Oui, on le fait encore, dans certains endroits trop bondés ou trop dangereux. Mais Tommy a besoin aussi d'avoir du lousse et du plaisir, alors, une sortie au parc, je ne suis quand même pas pour l'attacher sur moi et le suivre au pas. Et en plus, il y a 3 autres mousses qui demandent aussi une surveillance... Bref, on ne se divise malheureusement pas  en deux et nous avons quatre de ces mousses à surveiller.


Une sortie au parc. C'est tellement banal il me semble! Et nous, ça prend tout notre courage pour y aller. D'ailleurs, je ne peux même pas y aller seule vu l'imprévisibilité de Tommy.

Cette année me fait réaliser qu'avec l'âge des filles, les choix de sorties augmentent au même rythme qu'avec les particularités de Tommy elles diminuent.

Le parc si intéressant il y a quelques années vient d'être rayé de la liste. Tommy est maintenant trop aventurier, trop intéressé par autre chose que les cailloux et le sable (c'était facile à cette époque). Ce n'est pas faute d'avoir essayé. On y a été hier à ce fameux parc. On a même essayé de laisser un peu de liberté à Tommy, le laissant courir vers la section "cul-de-sac" clôturée où on pouvait avoir une bonne vue sur lui.  Jusqu'à ce que Tommy lui, sans avertissement, change de direction trop vite pour qu'on puisse le rattraper. Papa d'un bord, moi de l'autre, malgré nos efforts, on l'a perdu.

Il n'était pas loin, heureusement, parce que cette fois-là, il a pris un chemin qui revenait vers nous, mais... il a quand même quitté notre vu plusieurs minutes. Et la prochaine fois elle?  Non, une prochaine fois il n'y en aura probablement pas, ou bien Tommy sera attaché à nous? D'une manière ou d'une autre, il y a quelqu'un qui paye. Tommy, qui ne peut s'amuser, les filles qui se voient privé d'une sortie qu'elles ont envie de faire, ou bien nous, à juste essayer de peut-être dénicher une gardienne(qu'il faut payer pour une sortie au parc!!!), mais sortir sans un gros morceau de nous. Comme si on divisait notre famille.


J'ai osé croire, après nos vacances difficiles l'an dernier, que cette année ce serait plus simple. Bébé aurait grandit et suivrait plus facilement. Je n'avais peut-être pas réalisé que le défi que Tommy amène en sortie, lui, va en grandissant d'années en années.  Et le bébé, lui aussi il apporte son lot de défis. D'ailleurs, son ajout dans le portrait font passer les vacances de difficiles, à extrêmes.


Ça, ce sera un autre sujet, juste pour lui...

Résumé d'une journée de vacances... en image...

Le reste suivra, quand j'aurai deux petites minutes, mais comme en attendant, une image vaut mille mots...

 
 
 
ça court...  et de plus en plus vite...








à la recherche du filtreur... évidemment




 
papa qui essaie de garder bébé a une distance raisonnable
(si seulement....)




Quand Tommy est libre...  ou comment ne jamais avoir l'esprit tranquille




Quand bébé est libre... ou comment... bon vous avez compris...
 





La minie inquiète de perdre son petit frère (les images ne viennent malheureusement(ou heureusement) pas avec les sons accompagnants le tout...)
 

 
 
 
Tommy, a qui rien n'échappe, surtout pas des fils, et ça l'air de rien, mais... c'est un vrai labyrinthe surtout quand fiston décide de se sauver de l'autre côté...




Parce qu'il ne sait pas trop ce qu'il fait là à part "voir des animaux", sensoriel sensoriel sensoriel...


 
Une petite course pour garder les parents en forme, et avoir un peu plus de cheveux blancs
sensoriel, sensoriel...
 

 
 
 
 
On était là pour voir des animaux?????

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008