mardi 2 octobre 2012

C'est tabou

C'est tabou, c'est ce que j'entends plus souvent que le contraire lorsque les gens abordent le sujet des enfants différents et des défis qui viennent avec.

Que ce serait tabou d'aborder la différence, la difficulté de vivre avec le diagnostic de son enfant, le drame que ça peut avoir causé dans notre vie...

Pourtant, il me semble que lorsque j'entends parler d'enfants différents, c'est plus souvent qu'autrement cet aspect dont on entend parler. Les parents crient haut et fort les difficultés, qu'ils ont besoin d'aide et c'est normal. Mais le tabou je n'en ai pas vu moi?

Je dirais même que les gens "s'attendent" à ce qu'on parle du drame, de la tristesse, parce que c'est ce qui leur parait normal. En tout cas, moi, avant d'avoir un enfant différent, c'est ce que je remarquais. J'ai vu plus souvent des reportages tristes, que des reportages "joyeux". Je ne voyais que du drame parce que c'est ce qu'on me montrait.

J'en suis même à me questionner sur ce qui est le plus tabou? Parler du drame ou parler des bons côtés?

La semaine dernière il y a eu une entrevue télévisée avec une maman d'enfants autistes et c'est là que j'ai entendu le mot "tabou" et félicitations d'avoir osé parler de votre quotidien. Pour moi, ça sonne étrange un peu... mais encore plus "tabou" c'est d'oser répondre à ces commentaires.

Vous savez, on ne peut et on ne pourra JAMAIS au grand jamais juger le quotidien, la façon de vivre un diagnostic d'une maman, ça c'est quelque chose que je ne ferai jamais. (petite pause pour dire que si un jour vous avez ou avez eu cette impression, ce sera une maladresse d'auteur et tout à fait involontaire). Chaque personne vient avec sa personnalité, son vécu, et les enfants sont tous uniques aussi.

Même si MOI je connais l'autisme!! MOI je connais principalement l'autisme de MES ENFANTS. Il y a une nuance que parfois les gens ont de la difficulté à faire. 

Je m'attendais au genre d'entrevue que j'ai entendu... pour avoir lu la maman sur un autre média, je ressentais ce qui allait se dire et je n'ai pas eu tord. Je me réserve tout de même le droit de dire que je trouve ça triste. Que j'aimerais que cette maman puisse avoir de l'aide pour l'aider à traverser les défis quotidiens.

Je me réserve aussi un autre droit, qui en rien n'attaque la maman, mais celui que j'aimerais un jour que les médias montrent un autre côté, un côté moins sombre. Mais surtout, qu'ils ne généralisent pas, ce qui est souvent l'erreur... les gens entendent le drame, entendent des témoignages de guérison, et les généralisent ensuite en pensant que ça s'applique à tout le monde. Même cette maman (je peux faire erreur) m'a donné l'impression qu'elle croit que son sentiment par rapport à son vécu et ses enfants est inévitable et "normal pour tout le monde". Je peux me tromper j'ai bien dit que c'était le feeling que ça m'avait donné.

Bon je sais je sais, je parle et vous n'avez peut-être pas vu l'entrevue dont je parle... mais malheureusement je n'ai pour le moment pas de lien à vous  fournir, et même si je le faisais j'aurais l'inquiétude du jugement.

Parce que vous savez, des tabous il y en a et les gens l'oublient parfois.  D'ailleurs, j'ai déjà écrit un texte ici qui avait fait beaucoup beaucoup jaser, suffisamment que j'avais fait une "mise au point".

Une réponse sur les médias qu'on avait fait c'était de se regrouper avec des parents d'enfants différents. Bien sûr on peut le faire, bien sûr on peut se comprendre dans certains aspects de notre vie, mais on reste comme tout le monde, unique, avec notre personnalité ce qui fait que même dans ces groupes, il peut y avoir du jugement, des désaccords. "Elle n'en fait pas assez pour son enfant", "elle le laisse pas respirer avec toutes ces thérapies", "elle le laisse trop faire tel comportement X", "elle l'empêche de faire ce comportement X pauvre tit".   Et ajoutons aussi, les différences des diagnostics. Des tabous, des non-dits entre ces parents, il y en a. On peut être en désaccord avec une méthode d'éducation qu'un parent fait, on peut trouver qu'il dramatise trop, ou emmerveille trop l'handicap, mais vous savez quoi? C'est encore plus TABOU d'oser y répondre, parce que ce sont des parents qui peuvent se retrouver blessés au bout alors qu'ils ont encore plus besoin que les autres de se sentir compris et pas seuls...

Suite à mon commentaire laisser sur l'entrevue je les ai vu ces réponses, pas méchantes, mais pas toujours réfléchies sur le coup de l'impulsion. Par exemple (ne vous sentez pas visé personnellement svp!), une personne a écrit que cette maman exagérait! Mais comment peut-on dire ça? On ne la connait pas personnellement et on a pas vécu ce qu'elle a vécu. Peut-être que oui elle sombre plus qu'une autre personne, peut-être que c'est une erreur et une impression seulement, peut-être que son vécu est "si pire que ça". Il y a des gens qui sont venus parler du monde merveilleux de l'autisme, que leur enfant leur apporte beaucoup. Encore une fois, il faut faire attention à la généralisation, ce  qui est merveilleux pour un peut ne pas l'être pour l'autre.

Pour continuer sur ma lancée de comparaison, quand on a réagit à la portion "drame" de l'entrevue, en voulant laisser tomber aussi le tabou que c'est le drame dans tous les foyers alors que ce n'est pas le cas, une personne a répondu "ah tant mieux si vous la vie avec un autiste est belle".  Voyez-vous? On ne s'en sort pas, peu importe de quel coté de la balance on se situe.  Si nous trouvons qu'on doit essayer de délaisser un peu le drame, l'autre parti "croit alors que si on est un peu positif cela veut dire que ca ne doit pas être "si pire".  Et même, une autre a répondu "si vous n'êtes pas contents allez-y vous à la télévision" (comme si c'était si simple!!! J'irais demain matin si on  me l'offrait, mais on ne me l'a pas encore offert (ok une fois mais j'ai du refuser dû à un bébé proche de la naissance!))

Des tabous, dans la différence, il y en a....



Et si je me permets, parfois de dénoncer des petites choses, sachez que c'est en parti pour ne pas tomber dans le panneau "ne pas en parler parce que c'est tabou". Même si je sais que ça peut faire réagir, qu'il peut y avoir des désaccords... le but, est de se rappeler que ce n'est ni noir, ni blanc. J'essaierai toujours d'écrire d'une façon le plus respectueuse possible... mais je me permets aussi de dire mes impressions et mes désaccords quand il y en a, parce que c'est un droit que je n'ai pas perdu en étant maman d'enfants différents.

En attendant, je continue de rêver à une émission totalement dédiée sur le sujet, avec différents parents, différents parcours, différents discours... parce que c'est la réalité, c'est différent pour tout le monde!

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008