mercredi 8 janvier 2014

Beaux moments

Je ne crois pas, mais pas du tout, que la vie n'est que sombre.

Pourtant, il y en a qui le croient vraiment, mais il y a une différence entre la pensée et la réalité.

L'esprit est très puissant et même si c'est parfois malgré nous, nous sommes les maîtres de notre vie, nos émotions, notre vision du monde.


Je raconte souvent nos moments avec l'autisme, la différence, la subtilité, l'incompréhension, les déceptions... mais ce sont des moments de vie, non une image noire ou une vision sombre de l'autisme ou de notre vie. Il y a une nuance importante à faire. Les gens croient que lorsqu'on partage un moment difficile, on s'apitoie, on ne reconnait pas le beau, les moments de joies.

Je crois que je n'en suis peut-être pas revenue encore, mais une personne m'a déjà dit que j'avais l'air malheureuse. Je partageais beaucoup sur nos difficultés du moment, nos nuits blanches, la fatigue, le découragement...  J'ai été vraiment blessée, j'ai même choisi de me taire à ce moment.

Mais pourquoi devrions nous taire les défis, les obstacles pour ainsi seulement "paraitre" heureux? Non, désolé, une personne saine se doit justement de tout vivre, à fond, ne rien garder en-dedans... Parce que ce qu'on garde en-dedans nous gruge de l'intérieur.

C'est un peu à quoi j'ai pensé quand j'ai eu envie de faire différent, de rappeler qu'il y a du drôle, du cocasse dans la différence lorsqu'on est bien prêts à le voir plutôt que d'être triste sur la différence. Une journée ou l'autre, c'est un peu cru dit comme ça, mais il faut en revenir et passer à autre chose. En son temps... chaque personne peut y arriver.


Le congé de Noel c'est bien passé. En dehors du manque de temps, des crises plus fréquentes, des transitions que Tommy détestait, de la grande qui pleurait quand Tommy pleurait de peur qu'il brise quelque chose, du bébé trop accroché à moi, de la grande et la minie qui hurlaient et se sauvaient de la balayeuse...  On a passé un beau Noel, calme, pas trop de stress, juste tranquille à la maison.


Tommy a découvert les legos, Une belle réussite et un petit quelque chose de nouveau pour pouvoir l'occuper plus de deux minutes.

Les beaux moments?

C'est de voir Tommy assembler un lego, seul, sans aide. C'est le voir battre des bras et des jambes de joie plus l'assemblage avance et approche de la fin.

C'est de voir Tommy jouer dans sa chambre avec ses legos... heureux de ses montages.


C'est juste d'entendre la minie parler. Elle a toujours quelque chose de drôle à dire.

C'était la première fois que j'ai amené la minie et Tommy au patin cet année. Tommy trouvait ça bien drôle même s'il n'a pas vraiment réussi ou compris, le brillant de ses yeux valait tout l'or du monde.

C'est le petit bébé qui le matin de Noel ne voulait rien savoir de ses cadeaux. C'était pas triste, c'était juste à son image.

C'est le soir, lorsqu'il se couche et que je m'amuse à lui faire faire les sons d'animaux et que lui s'amuse en faisant exprès de ne pas faire le bon son.

C'est lui qui hier, me tirait par la main, tapait sur la divan en disant "s'assis" pour que je m'assois à coté de lui. C'est lui qui a pris un coussin, et qui a décidé de "dodo". Juste pour jouer. Il est resté là longtemps, moi je lui tapais le dos et nous avons seulement profité d'un moment calme.

C'est Tommy qui est apparu dans la salle à manger, culottes baissées, sautillant à pieds joints, me tirant par la main jusqu'à la salle de bain car il voulait qu'on l'essuie. Vraiment, impossible de décrire l'image de la petite sauterelle!

C'est le bébé qui a découvert les bonbons d'Halloween durant le congé des fêtes et qui se lève en demandant "trouille". Premier mot avant-hier en débarquant de son lit.

C'est lui qui se promène partout dans la maison avec sa "trouille" et qui demande "ouvrir" à tous les bonbons qu'il y a trouve. Moi je réponds non, lui répond "ouvrir" en boucle!  C'est drôle, parfois moins quand il insiste en pleurant, mais bon, ici on se concentre sur le mignon de l'histoire.




C'est le bébé à qui on fait dire "bye bye, je t'aime" lorsqu'il se couche et qui avant-hier, en fermant son rideau, a dit "bye bye, je t'aime" à la fenêtre, et hier, à l'armoire. Il ne sait pas ce que ça signifie, mais c'est juste cute à entendre.

C'est le bébé qui hurle aux transitions, le bain, s'habiller pour sortir, mais qui finalement après coup, il a bien du plaisir et ne veut plus sortir du bain ni rentrer de dehors.

C'est juste de les voir vivre, apprécier la vie, s'amuser à leur façon...

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008