jeudi 2 août 2012

Je me souviens

Je me souviens, même si j'avais mis le tout dans une petite boîte dans le fin fond de ma tête et mon coeur, en espérant que c'était du passé.

Je me souviens, le sentiment, principalement à la minie puce, parce qu'à Tommy je n'étais pas consciente de ses retards et la différence avec les autres enfants, que je ressentais.

Vous savez, quand vous voyez les enfants du même âge attirer l'attention de leurs parents pour regarder un livre avec eux, pour avoir quelque chose hors de leur portée?

Je me souviens, parce que la minie suivait le même rythme que les deux grands, mais pour moi c'était simplement normal. Je me souviens aussi comment elle était quand même bonne dans certains aspects et que j'étais impressionnée.

Mais il reste, que pendant que les autres enfants progressaient, que ceux de l'âge à Tommy parlaient, commençaient la propreté, que ceux de l'âge de la minie comprennaient les consignes simples et ne hurlaient pas la majeure partie du temps, moi je me sentais à part.

Je me souviens, très bien, de me sentir seule avec mes bébés qui ne suivaient pas les livres, qui allaient de reculons plutôt que d'avancer.

Je me souviens des gens qui n'osent pas répondre, qui ne savent pas quoi dire, qui essaient de nous convaincre que ça va être ok.



Si j'écris ici sur le bébé, ça reste d'une manière très hésitante, principalement par la peur de l'image que ça peut projeter. Je jettes dans ces lignes, des sentiments que j'ose à peine dire tout haut. Parce que vous savez bien, elle s'en fait pour rien, voyons ça se peut pas, elle exagère.

J'essaie donc, de continuer à partager avec les mamans des bébés du même âge... et c'est à ce moment que je me souviens.... et que je revis ce sentiment de solitude et d'incompréhension.

Et c'est ici que je recopie donc, un message que je crois plusieurs d'entre-vous peut comprendre.

"C'est juste un chialage de fatigue!
Disons que bébé est pas mal épuisant ces temps-ci. Pas qu'il pleure tant que ça (un peu plus à cause des dents) mais plus à cause de ses fixations.
Dehors, impossible d'être tranquille, là j'ai des crises parce qu'il voit la piscine (il adore l'eau) et sinon il a une fixation sur les vélos (faire tourner les roues), la table à pique-nique, soit pour faire rouler ses autos, soit pour grimper debout dessus.
J'ai comme pu de fun moi-là à juste gérer ça.
En promenade, ben là tantôt il a pas aimé parce que j'ai fait un demi-tour.


Il a toujours 2 objets idéalement identiques dans la main, s'il en perd un l'autre "arvole" (comme ils disent) avec un cri. Il doit avoir les deux! Il veut absolument faire rouler ou placer ses objets identiques en hauteur, par exemple la table de cuisine et crise parce qu'il est trop petit ou parce que ça tombe.
Tourne autour de l'ilot de cuisine mais se plante parce qu'il va trop vite = échappe un ou les deux objets = crise.
S'il voit ma porte de chambre ouverte, crise si je la faire parce qu'il veut aller faire rouler ses autos sur le lit.

C'est un portrait assez juste de ses journées.

J'avoue que je trouve ca tres épuisant psychologiquement a gérer."       Je suis certaine que plusieurs d'entre-vous se souviennent aussi!  

pris en flagrant déli ;-)

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008