vendredi 9 novembre 2012

18 mois

Oui oui, 18 mois pour le bébé. Donc cela veut dire que ça fait maintenant 12 mois que je vous relate son développement mois après mois?  Qui aurait cru.

J'ai envie de dire 12 longs mois, parce que le vivre c'est long, mais j'ai envie aussi de dire que ça passe vite, trop vite.

Sincèrement j'aimerais que les mois soient plus longs, question de lui donner une petite chance. Là, ça file trop vite, donc le retard augmente de façon épeurante.


J'ai vécu une grosse peine à ma rencontre pour les plans d'interventions d'ergothérapie et d'orthophonie. Peine de ne pas avoir de "nouvelles solutions", nouvelles interventions à appliquer avec lui que ce que je connais déjà.  Comme quoi en savoir trop est loin d'être aidant psychologiquement, c'est plutôt même l'inverse, parce que si ce qu'on connait déjà et qui est la bonne chose qu'on applique depuis longtemps ne fonctionne pas, qu'est-ce qui nous reste?

Je me pose encore la question et j'essaie de ne pas trop y penser.

Je ne me sens pas non plus l'énergie de me battre, de courir après les médecins, le CLSC pour me faire dire que je dois attendre des mois pour avoir des services.... donc je garde un peu le tout pour moi. Je demanderai possiblement une référence en pédopsychiatrie à la fin du mois et je déciderai ensuite si j'y vais ou si je vais au privé.

Je trouve difficile d'écrire, parce qu'il n'y a pas beaucoup de nouveaux, et que c'est difficile à accepter. Je revis, à chaque enfant, les mêmes déceptions, les mêmes constatations, voir les différences, le retard par rapport aux autres enfants du même âge qui sont rendu beaucoup plus loin, la peine de l'incapacité de communiquer, de ne pas savoir comment le consoler, le malaise de courrir après, de savoir que je parle "un peu dans le vide" avec ses 10 mois de retards...


Sur le plan positif, j'ai commencé (continué) à lui montrer les signes, ça demande du travail, et avec les travaux, les virus qui ne lâchent pas, le fait qu'il est malade ou non réceptif... ça avance, tranquillement. Mais au moins ça avance!  Il connait 2-3 signes, mais la généralisation est la prochaine étape. Et surtout "comprendre" vraiment bien le pourquoi.... le signe manger, pour manger, et non pour demander une voiture par exemple.

Il a aussi découvert l'intérêt de manger avec une fourchette ce qui est assez comique à voir.

J'ai  trouvé (ou plutot lui-même a trouvé) une façon de moins se cogner la tête, en laissant des doudous douces, coussins doux trainer un peu partout, au lieu de se frapper, il se couche la tête dessus et se "calme". J'ai aussi acheté un petit "masseur" et il aime beaucoup les vibrations.

J'accepte tranquillement que mes méthodes sont celles que je n'ai "pas tout à fait le choix" (même si le doute persiste) d'utiliser, comme le film à l'heure du souper question de pouvoir le préparer parce que bébé velcro veut seulement les bras. L'asseoir avec ses voitures à la table parce que je ne sais plus quoi faire de lui et que ça semble être la seule chose qui le calme...


Moi? Je dirais que je me trouve probablement une des pires mères du monde. Le stress accumulé des dernières années, la difficulté de m'occuper de bébé, rend mon rôle difficile et je suis épuisée. J'ai moins de patience, je rêve (oui encore) de temps pour moi question de me ressourcer...   Toutes les petites choses qui font pleurer le bébé me rendent impatiente (les crayons que les plus grands ont laissé trainer par exemple!).

J'aimerais avoir un "contact" plus "normal" avec lui et ça explique mon sentiment un peu d'échec général. Un trop plein de tout...


Développement de l'enfant de 18 mois :  http://youtu.be/2JlWRjKt_50

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008