mardi 27 août 2013

La tolérance par la tolérance

J'avoue que j'ose et j'avoue que je sais que je ne ferai peut-être pas l'unanimité.

Je sais aussi les limites de l'écrit et j'ose espérer réussir à mettre correctement en mots ma pensée sur le sujet.


J'ai passé sous silence volontairement les dernières nouvelles concernant l'autisme. Principalement celle concernant la lettre qu'une grand-maman a reçu concernant son petit-fils autiste.

http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/autresregions/archives/2013/08/20130820-093220.html

Par la suite, quelques heures seulement plus tard, j'ai vu passé  une autre nouvelle.


Des réactions, il y en a eu suffisamment que je n'ai pas jugé bon d'en rajouter.

Intolérance, injustice, dégueulasse, horrible, elle mérite une claque sur la gueule, une folle...

J'en ai lu des choses en quelques minutes seulement pour me  questionner réellement sur le bien d'une telle haine envers quelque chose qui ne mérite peut-être pas autant d'attention. 

Du moins, pas de la haine.


Bon, ma réaction de la lettre a été de trouver le tout très triste. Les propos sont vraiment durs mais ça ne fait pas monter en moi un volcan haineux pour autant. 

À quoi bon?

En fait je prends deux petites minutes pour préciser que j'ai plutôt pensé au risque que pouvait poser cette personne  dans la société si elle oserait un jour aller plus loin que de simples mots. Je n'aimerais bien entendu pas savoir que j'ai un voisin de ce genre autour de moi.


Ensuite, il y a eu l'autre nouvelle d'un enfant sorti d'un magasin.  On parle de discrimination!

Impardonnable, intolérance, inacceptable....

http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2013/08/20130821-175256.html


Encore une fois, je ne monterai pas sur mes grands chevaux dans ce genre de nouvelles, mais plutôt ici je trouve qu'il manque de détails. Ensuite, on parle d'un enfant sorti du magasin et non un autiste. La dame est venue aviser que l'enfant dérangeait, pas l'autisme.

INTOLÉRANCE, DISCRIMINATION!!!


Je vais alors demander deux petites minutes qu'on se regarde le bout du nez.

L'intolérance dans la société existe réellement, en partie, quelques fois. On ne parle pas de milliers d'individus en même temps, mais la plupart du temps de cas isolés, d'une personne parmi une centaine. Il faudrait peut-être avant de crier que la société est contre nous, de regarder la réalité en face.




En fait, je crois que l'intolérance existe, tout autant que la tolérance.  Mais je crois aussi que les gens qui crient à l'intolérance, sont eux aussi intolérants.

Comment apprendre la tolérance si on répond par l'intolérance?

Parce que dans ces dernières nouvelles, c'est exactement ce que j'ai vu. Et pas juste sur l'autisme, c'est partout, dans tous les contextes imaginables.

Peut-être les gens ont-ils simplement oubliés ce qu'est la tolérance. C'est-à-dire qu'elle ne passe pas seulement par les autres mais en premier par nous.  Montrer l'exemple. Accepter qu'il y a de l'injustice parfois, mais ne pas oublier qu'il y des gens bons, qui veulent le bien, qui cherche à apprendre.

Accepter aussi qu'il y a des gens maladroits, qui ne savent pas trop, qui ont voulu faire par le mieux et qui dans le futur apprendront tout simplement d'une petite erreur tout à fait ACCEPTABLE.


Des exemples j'en ai vu plus d'un au fil des ans.


Il y a un petit quelque chose qui me chicotte principalement avec l'autisme. 

Les gens croient que c'est une porte de sortie.

Dame - "Excusez-moi madame mais votre enfant dérange le groupe!"

Mère - "Ben, il est autiste!!!!!!!"


Kin toé!

Ensuite, comme la réponse ne semble pas avoir été satisfaisante, on traitera la dame de tous les mots possibles qu'amène l'intolérance de l'incompréhension.


Si on demande à la société d'être tolérante envers nos enfants, ou même les enfants tout court, on se doit de respecter tout de même l'incompréhension de certains face à l'autisme. Le manque de connaissance, la difficulté de comprendre qu'on se fait pitcher par la tête que l'enfant est autiste  et pourtant il parait "tout à fait normal".

A-t-on oublié que tous ne sont pas spécialistes de l'autisme?  On le répète sans cesse que certains troubles sont invisibles et pourtant soudainement on voudrait que tous arrive à le détecter comme s'ils avaient un radar pour la différence?


Je crois qu'il y a bien des réactions à avoir, mais l'intolérance n'est pas une solution.


Bien entendu, par la suite de ces nouvelles, on parle de l'importance que la société a de  les accepter tels qu'ils sont.

Je suis d'accord.


Toutefois, j'ai envie de rappeler que malgré tout ce qu'on dira et voudra, on ne peut PAS être tel qu'on veut partout. Autiste ou pas!

Un enfant qui fait une crise dans un magasin n'a pas besoin d'être autiste pour peut-être déranger. Alors, on doit se poser la question à savoir ce qu'on décide d'y faire. Non parce que l'autisme "doit être accepté partout", mais plutôt parce que si la société nous doit respect, on lui doit aussi.

Si un jour, on me demande de sortir avec mon enfant qui fait une grosse crise, je prendrai deux petites minutes pour expliquer la situation et je sortirai, tout simplement. 

L'autisme, doit tout comme nous faire partie de la société, et par le fait même ça implique, tout comme nous les "neurotypiques", qu'on ne peut pas toujours faire "comme on veut".

Ce n'est pas une injustice envers la différence ou une intolérance. C'est seulement une réalité qui a toujours été présente.

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008