mercredi 10 septembre 2008

Le début des démarches.

Ceux qui liront tous les messages se poseront peut-être la question à savoir pourquoi avoir attendu deux ans pour faire les démarches vers le diagnostic ?

Je vous réponds sans hésiter ceci :

Manque d'information pour les parents au sujet des T.E.D
Manque de bon suivi médical et de sensibilisation du corps médical sur le sujet.

Mon garçon n'avait même pas un an que je faisais la remarque sur ses traits autiste. Des traits plus que flagrant. Mais mon garçon est aussi un enfant qui sourit énormément et qui rit beaucoup aux éclats. Alors tout est correct non ? Il a rampé, marché à un âge normal. Seul hic à été au niveau compréhension et le langage... L'alimentation ? Le fait qu'il nous regarde pratiquement pas ?

"Il est juste paresseux" me suis-je dit souvent
"Mon garçon est un enfant très indépendant" ai-je dit souvent à qui veut l'entendre.

Le rire et les sourires ? "Tout est normal alors !"

Les gens entendent le mot T.E.D ou autiste et ont peur. Les gens entendent ça et pensent aussitôt à un cas lourd.. moi la première. Un enfant qui se balance dans un coin et ne bouge pratiquement pas. Un enfant qui ne rit pas, qui ne sourit pas. Des caractéristiques aussi moins connues.. mon garçon qui balance les bras, qui marche sur la pointe des pieds, qui tombe souvent, torsion du corps, la mémoire de la musique... sont toutes des choses que je sais maintenant depuis environ 1 mois. Si on m'avait informé à ce sujet avant, j'aurais entâmer les démarches beaucoup plus tôt.

Le suivi médical ? On va chez le médecin, écoute le coeur, poumon, pèse, pique et bye bye. On essaie de discuter des problèmes et constatation et on se fait répondre.. "Il est jeune.." "C'est un garçon, les garçons sont plus paresseux" "Attendez à deux ans!"

Alors voilà. Le 2 ans est arrivé. Mon garçon n'a pas "débloqué" comme on se fait dire si souvent.


Ma première démarche fut d'appeler le clsc afin d'avoir de l'aide. Protocole et système de santé pas du tout fait pour un cas comme nous, nous devons rencontrer un travailleur social. Le travailleur nous parle de sa "non-connaissance" des enfants. Ça commence bien. Nous sommes sur une liste d'attente pour avoir un éducateur à la maison... alors que des parents très fatigués, des gens sur l'aide-sociale, les enfants en garderie vont tous passer par-dessus mon garçon. 1 mois et demi plus tard il est 9e sur la liste.

0 commentaires:

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008