vendredi 14 septembre 2012

Un peu de tout le monde - la minie

Je croyais bien faire tout dans un seul message, mais j'ai réalisé que comme toujours, j'en ai trop long à dire!


Alors me voici maintenant aux nouvelles de la minie puce.  Minie? Peut-être à mes débuts ici alors qu'elle n'avait 14 mois, mais la minie puce s'en va maintenant sur 5 ans! Plus si minie que ça hein!

Pour reprendre les paroles du papa, la minie, c'est la "plus normale" de la famille.  Ses propos sont là pour dire qu'elle fonctionne bien, qu'elle n'est certainement, assurément pas hyperactive, qu'en général c'est la plus facile à gérer (par exemple en sortie elle est relativement calme, ne pose pas 10000000 questions, ne touche pas à tout etc..).

Si ce n'était de Tommy, lorsqu'elle était petite, j'aurais dit que c'était une enfant sensible et difficile, et ça aurait arrêté là. J'aurais laissé passé le temps sans trop me poser de question, en me disant qu'elle est "juste comme ça", qu'elle va grandir et vieillir.

En fait, je n'avais pas tord mais Tommy nous a amené à avoir un autre regard sur toute notre situation familiale et les particularités des enfants.

Mais la minie, elle va bien, elle fonctionne bien, est assez autonome, et elle est sociable, n'a pas peur dans les foules ni dans les réunions de groupe, famille, nouveaux amis etc... 

Que du positif à raconter sur cette cocotte. Vous comprenez alors bien que pour le papa, "elle n'a absolument rien", et c'est la même chose pour la majorité des gens qui la croisent.

Je l'ai déjà dit, c'est dans la tête que ça se passe, et si minime la différence peut-elle être, c'est tout aussi (sinon plus) important de s'en occuper.


Si on ne comprend pas le fonctionnement dans la tête de la puce, comment peut-on bien l'éduquer et bien la préparer dans le futur? Pour des gens, si ça ne parait pas, on laisse faire, chut, silence, il n'y a rien là.

Pourtant, si la minie est notre plus "normale" et facile, régulièrement, elle a des réactions qui vont dans le sens de tout ce que les adultes TED, verbaux, nous raconte. Sur la façon d'enregistrer l'information, de comprendre l'environnement, de comprendre les non-dit, le non-verbal.

Sa tête fonctionne comme eux, et s'ils ont réussi à vivre des années sans le savoir, je me sens privilégiée de pouvoir l'aider à grandir comme elle  est et non contre ce qu'elle est.

Pourquoi je dis ça? Parce que si je ne sais pas comment ça se passe dans sa tête, je ne sais alors pas comment bien gérer une situation xyz. Je me fâcherais probablement plus, elle pleurerait plus souvent, alors que finalement c'était une simple question de compréhension.

La minie n'est certainement pas un cas "inquiétant", même si on reste intrigué sur comment sera son parcours scolaire.


La minie, c'est celle qui trouve le plus difficile les petits changements. Souvent, pas grand chose, mais pour elle c'est un gros gros gros drame. Et souvent, elle a de la difficulté à l'exprimer, on doit être patient pour arriver à comprendre ce qu'elle essaie du mieux qu'elle peut nous dire.

La minie panique rapidement et il faut être rapide pour désamorcer le tout.

Si je parle de ça ENCORE aujourd'hui, c'est que ces jours-ci, la cocotte est plus fatiguée et plus fragile et hier en moins d'une heure on a eu droit à plusieurs crises de panique. Des petites choses, comme à la garderie on me racontait qu'elle a pleuré parce que quelqu'un n'a pas remis un jouet au "bon endroit" (endroit enregistré dans sa tête comme étant le SEUL ET UNIQUE possible).  Arrivé à la garderie, je passe à peine la porte qu'elle vient vers moi en grosses larmes. Je n'arrive même pas à comprendre ses propos.

Une autre crise, que j'ai oublié (à force d'en avoir...),  et ensuite LA GROSSE!


Hier, la minie puce s'est trompée de soulier en allant jouer dehors à la garderie. Elle a gardé ses souliers d'intérieur.  Quand je l'ai vu je lui ai dit de remettre les bons, chose qu'elle a finalement oublié.

La cocotte est donc arrivée à la maison avec "ses pas bons souliers".  La crise lorsqu'elle a vu ça. Et avec une cocotte comme la minie, ce n'est pas aussi simple que de mentionner que ce n'est pas grave et d'en rire.  Non, pour elle c'est TRÈS très très grave. Presqu'une question de vie ou de mort  (je vous laisse imaginer la panique chez nous lorsqu'il nous manque un de ses objets fétiches par exemple pour le dodo, on en a le coeur qui vire à l'envers et il faut le trouver À TOUT PRIX!).

Mais hier, c'était pire que pire. Je manquais d'idée pour consoler la minie puce qui me disait à quel point c'était extrêmement grave. Qu'elle se ferais chicaner par l'éducatrice de la garderie d'avoir amener les mauvais souliers, que chez nous il y a des graines, que ses souliers se feraient salir et qu'il ne faut pas les salir, qu'elle aime ses souliers qu'elle a oublié à la garderie et qu'est-ce qui va leur arriver à eux? Et malgré mes réponses, rien ne faisait, la minie pleurait et pleurait encore.

Je l'ai prise sur moi, et (ce qui m'amène à vous raconter tout ça aujourd'hui), elle me dit à un certain moment, parce qu'elle n'arrivait pas à se calmer, "et si je pleure jusqu'à ce qu'on meurt???, et si je pleure jusqu'à ce soir ou que je meurs???"   Aye Aye Aye, on réfléchit fort, on lui demande si elle veut quelque chose pour se calmer (habituellement une balle ou autre) et la cocotte me parle de son livre de tristesse avec la balle, mais que c'est à la garderie, et là les larmes recommencent de plus belle, je peux pas arrêter de pleurer j'ai pas ce qu'il faut...

Ouffff, et pendant que je flatte les cheveux de la cocotte en larmes, je réfléchis fort fort sur comment régler le tout. Je lui parle de sa future chambre, là où on lui fera un coin tristesse, juste pour elle avec des objets qu'elle aura choisi. Et je lui offre en attendant la grenouille lourde... que je chercherai après... parce que dans le bordel de nos travaux, disons que les choses sont un peu n'importe où.

On aura réussi à calmer la cocotte, j'ai convenu avec elle qu'au matin papa la porterait dans ses bras pour l'amener à la voiture et que surtout son éducatrice ne serait pas fâchée.

Je sais que j'aurais pu faire mieux, que je devrai éventuellement prendre un temps pour m'asseoir et lui expliquer que non il n'y avait pas de drame là, que les petites graines sur les souliers, ça se lave, mais dans le moment de la crise ce n'était absolument pas le temps.





1 commentaires:

Anonyme

C'est un peu comme ça chez nous egalement. Sauf que mon petit loup semble moins rigide. J'oublie vraiment ses difficultées jusqu'au moments de ce gendre.
Elle est telement cute, ta cocotte! Malgré les difficultés et le fait que ça nous epuise pas mal et que des fois j'ai envie de crier à tout le monde :faut avoir des enfants comme le mien pour pouvoir me conseiller comment l'eduquer!! Nous on parle pas de son dg. On a osé dire à ma belle famille et le resultat c'est que tout ça se passe dans ma tête. Alors, pas de gaspillage d'energie pour rien. Je reste une maman qui ne sait pas comment eduquer son enfant.
''Comment ça tu ne reagit pas lorsq'il pleure pour rien. Faut lui apprendre qu'il ne peut pas tout avoir dans la vie!! Tu le rend malereux!!!''
On apprend à vivre avec tout ce cocteil.. on gere les crises de notre enfant, les crises de notre conjoint qui fort probable se trouve dans le spectre et les bons conseils de l'enturage. Puis faut pas oublier à chercher des idées pour calmer notre enfant et ça pendant que tout le monde te dit quoi faire et lui dit qu'il faut pas faire ça, puis ça ne fait que empirer la crise!
Comment je te comprend!!! Et comment j'adore te lire!!!
Bon courage! Tu a une belle famille, malgré tout!!

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008