vendredi 27 janvier 2012

Le TED de haut-niveau et la société

Pour débuter mon idée je vous laisse lire ce commentaire laissé sur mon texte précédent (un jour nous serons tous handicapé).

"À moi à m'adapter je reste perplexe...Parce que je ne fais pas exprès mais je ne comprends pas les règles de fonctionnement. Donc quand quelqu'un dit des choses comme: "Être une victime, c'est valorisé (et ne venez pas me dire le contraire!). Quand t'es une victime, tu as le droit de t'écraser sur ton titre et minimiser les efforts pour t'en sortir par toi-même, t'es une victime, alors les autres te doivent du support, de l'assistance." Je trouve ça carrément odieux...Je suis pas une victime. Mais je suis une personne handicapée. Demanderiez-vous à une personne quadraplégique de faire un petit effort pour s'adapter aux trottoirs sans rampe d'accès...Je fais pas exprès de ne pas être capable de m'adapter. Mais je fais quand même mon petit bout de chemin et je ne dérange pas personne. Et surtout je ne me victimise pas...


Et je vous laisse maintenant visionner ce vidéo... en anglais mais même si on ne comprend pas l'anglais vous devriez pouvoir saisir le but du message que je fais ici.




Je suis certaine qu'avec le titre certains se disent "Ah non, elle recommence avec ses haut-niveau, pas haut-niveau".

J'ai beau essayé de vouloir parler et sensibiliser sur les problématiques de tous les "types" de TED, reste que quand je le fais, le parti inverse se sent souvent brimé.  Si je parle des problématiques de l'autiste, on sent le besoin de justifier que le haut-niveau lui aussi a des problèmes sérieux. Si je parle des problématique du ted de haut-niveau, là ceux de l'autisme sentent le besoin de dire qu'il faut pas se plaindre avec un enfant fonctionnel.

OUF!  On ne s'en sortira donc probablement jamais alors que pourtant le but des messages fait ici est de sensibiliser, informer, faire réfléchir...  et non d'être un débat.

Je ne suis pas dans la peau des autres parents... je ne pourrais donc pas volontairement minimiser LEUR situation que je ne connais pas du tout.


Bref, hier j'ai visionné le vidéo que j'ai mis plus haut.  Trois TED, trois profils différents. Je me suis mise à penser au regard de la société dont j'ai déjà parlé quelques fois... et par hasard, je reçois le commentaire que je vous ai recopié plus haut....

J'ai déjà touché le sujet, la tolérance de la société sur le TED de haut-niveau, certains pourront penser que je me répète, mais je ne pouvais m'empêcher suite au visionnement du vidéo plus haut.

Le petit garçon "de haut-niveau", souffre clairement de sa situation, tout comme sa mère.... et du regard de la société? Même moi, personne qui s'y connait quand même assez bien en trouble envahissant du développement, si j'avais eu à être face à cet enfant en public j'aurais pensé qu'il était d'une arrogance incroyable. J'aurais été mal à l'aise et j'aurais pensé que cet enfant aurait besoin d'être repris en main. (Non je n'aurais pas pensé que la mère fait mal son travail).


Cet enfant-là souffre, de son propre handicap, mais probablement autant sinon plus de l'incompréhension de la société face à son handicap.

Voyons, juste besoin d'être plus ferme madame et tous les problèmes seront réglés comme par magie!


Ce sera toujours plus facile pour la société de comprendre un autiste, un "pur", que de comprendre un enfant qui parle, qui semble juste "faire exprès", ne pas se forcer.

Croyez-le je l'entends régulièrement...  Si seulement elle faisait un effort....

Ouffff et si on prenait la peine une petite seconde de réaliser tous les efforts "invisibles" qu'ils font déjà, sans qu'on leur demande mais juste parce qu'ils n'ont pas le choix.... parce qu'il n'y aucune autre option possible sinon ce serait carrément de rester enfermé.

Pour les gens, ça peut paraitre peu, ou même pas du tout....  et pourtant

6 commentaires:

Anonyme

C'est tellement vrai tout ça. On se fait toujours minimiser nos problèmes parce qu'il est fonctionnel! Mais on ne règle jamais rien! Les crises sont toujours là, à tous les jours, mais tout le monde s'en fou parce qu'il est fort. Je trouve que dans le ted léger, les parents sont abandonnés. Personne ne nous aide réellement...

Anonyme

Bon, j’ai l’impression qu’on ne m’a pas comprise ici... Quand je dis qu’au Québec, être une victime est valorisée, je ne vise aucun parent ici. Je vise l’héritage judéo-chrétien promettant le paradis à ceux qui font pitié, jumellé à notre héritage colonisés vaincus par les anglais qui font en sorte que qu’aux conversations autour de la machine à café, aux réunions de famille et sur les lignes ouvertes de radio, tout ce que les gens font, c’est se plaindre de leur petits (et je précise “petits” – pcq c’est étrange, mais les “gros”, ça, les gens s’en plaignent moins. Ils n’ont pas le choix, ils n’ont plus d’énergie pour ça!) bobos. Moi, je trouve ça exaspérant, mais ce n’est pas le cas de la “masse” sinon, les gens arrêteraient de se plaindre pour rien si c’était un comportement inacceptable!

Ceci étant dit, quand je dis que c’est à la personne “handicapée” à faire les efforts pour s’adapter pcq la société n’a pas d’obligation de le faire pour elle, je ne dis pas que la société est correcte. Je pointe simplement un état de faits (supporté par plusieurs thèses philosophiques et sociologiques by the way...). Si la société, d’elle-même, était capable d’accepter la “différence” et de s’y adapter, les groupes de personnes différentes n’auraient pas besoin de faire des pressions politiques pour que les gouvernements fassent des lois pour obliger la société à faire un effort pour s’adapter. Les rampes d’accès pour personnes en fauteuil en sont le meilleur exemple. Il a fallu que le gouvernement les rendent obligatoires sur certains immeubles pour qu’on voit leur nombre apparaître. Et, en passant, je précise qu’il y a une différence entre les individus qui composent la société et la société en elle-même. Un ou plusieurs individus peuvent faire preuve de compassion, la société, elle, elle en est incapable.

Donc, c’est évident que de demander à une personne “handicapée” qui fait déjà son maximum d’efforts d’en faire plus est injuste, mais il est utopique de penser que la société va changer “comme par magie”. Alors quand je dis que l’étiquette présente un danger, c’est que de combiner la victimite aigue dont souffre le Québec, à l’injustice que représente le fait de demander à une personne “handicapée” de faire plus d’efforts, alors oui, ben ça peut donner un résultat qui ne donne rien de bon à la personne qu’on veut protéger. D’un autre coté, si l’étiquette permet aux personnes de se regrouper et d’augmenter leur poids politique, oui, ça leur demande de faire encore plus d’efforts (à eux et aux personnes qui les supportent, évidemment) pour voir le condition de faire améliorer, mais ça peut donner des résultats positifs. Pas mal plus que de JUSTE se cacher derrière une étiquette en attendant que des changements qui ne viendront jamais tout seul se produisent.

Mon chum dirait que j’ai trop écrit et que personne ne me lira jusqu’à la fin. Il a probablement raison, mais tant pis. J’ai essayé d’exprimer un point de vue sociologique en peu de mots et tout a été interprété de travers K

Sans rancune et surtout Annie, je n’ai JAMAIS voulu te viser en disant qu’au Québec, on valorise les victimes!

Fofie.

Annie

ah mais fofie j'ai jamais mal compris ou pris ton message? Pourquoi tu penses ça?

Le message ci présent n'a même pas de lien avec ce que tu avais écrit :) C'est vraiment en voyant le vidéo et le petit garçon qui parle très bien que j'ai eu envie de reparler un peu du sujet même si je l'avais déjà touché.

;) je relis ton commentaire au complet plus tard il est un peu long pour le temps que j'ai là là.

Anonyme

En me citant et en disant que c'était odieux, juste après, j'ai juste fait un lien. Tant mieux si ce n'était pas le cas!

Fofie.

Annie

odieux??? je crois que tu as fait une mauvaise interprétation (les joies de l'écrit malheureusement) ce n'était vraiment pas le but. J'avais juste aimé les passages mis en gras qui disent que c'est pas facile malgré ce que les gens peuvent parfois croire quand le handicap ne parait pas de façon visible.

si on reprend l'exemple de la personne en chaise roulante, si jamais elle esst mal prise et tombe sur le coté en essayant de grimper sur un trottoir qui n'a pas de rampe, les gens vont accourir pour l'aider parce que c'est ÉVIDENT ça parait que la personne a besoin d'aide.

le ted fonctionnel a juste l'air arrogant, maladroit etc... donc les gens ne peuvent juste pas savoir qu'il aurait besoin d'aide dans certaines situations.

c'est un peu plus clair?

Anonyme

Tout à fait!

Ceci dit, faut que tu te trouves du temps pour écouter la sitcom "Big Bang Theory" ;)

Fofie.

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008