dimanche 20 octobre 2013

Hugo Horiot, portrait de l'autisme


"Hugo Horiot,  portrait de l'autisme."

C'est la première chose que bien des gens ne connaissant pas l'autisme vont comprendre de l'entrevue qui a été diffusé vendredi soir sur les ondes de radio-canada.


Comme si ce n'était pas suffisant, laissant alors croire que cet autiste représente bien ce qui attend les parents d'enfants autistes dans le futur ils ont présentés le reportage de la façon suivante, une fois en ligne.

"L'autisme qui disparaît en vieillissant."


Alors voilà!  L'autisme disparait en vieillissant et ce Hugo en est la preuve vivante. Vous pouvez vous-même visionner ce segment :

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/sante/2013/10/18/001-hugo-horiot-livre-vivre-maladie-autisme.shtml

Ce n'est pas la première ni la dernière fois qu'on parle de cet autisme, cet autiste qui en vieillissant est devenu une personne autonome, sauvée par sa famille...  Même Temple Grandin tient un discours bien semblable.


Honnêtement, je n'avais pas vraiment envie de parler de ce sujet, mais c'est difficile de passer à côté lorsqu'on sait que pour la population, ceux qui n'ont jamais vécu l'autisme, ce genre de reportage est de la poudre aux yeux, mais surtout, qu'au détour, ce sont nous les parents d'enfants différents qui payons pour.


"Selon le spécialiste de l'autisme Laurent Mottron, le cas d'Hugo Horiot n'est pas exceptionnel : un autiste sur 10 vivra avec la maladie sans qu'elle n'affecte ses rapports sociaux. Par ailleurs, il affirme que seulement un autiste sur 10 ne parlera pas dans sa vie."

Les gens ne lisent pas entre les lignes, là où on ne parle absolument pas des 8 autres types d'autisme et plus loin encore, il n'y aucune explication sur la raison qui mène ces "1 sur 10" à être ce qu'ils seront au final?

Sa mère l'a sauvé, les thérapies sont inutiles.

Bien entendu Dr. Mottron en a une fois de plus profité pour dénigrer le programme de stimulation précoce qui a été mis en place par le gouvernement. Programme inutile et qui gaspille l'argent des contribuables puisqu'un autiste sur 10 est la preuve que cette stimulation n'est pas nécessaire pour aider les enfants autistes. Il suffit de miser sur leurs forces.

Alors la majorité des autistes (ce que les gens ont lu) seront autonomes en vieillissant grâce à seulement la bonne intervention de leurs parents, principalement la mère, et ils ont tous des forces insoupçonnées qu'il faut seulement exploiter pour les sortir de leur autisme.



C'est ce genre de reportages qu'on voit sans cesse au fil des ans. Peu dosé, qui parlent d'un autiste et non de l'autisme.

Mais pour les gens, la population "normale", la majorité, ces reportages sont l'image même de L'AUTISME.


De l'autre côté il y les reportages sur l'autisme, celui classique, répondant à tous les clichés.


Bon alors du côté gauche nous avons une belle personne tout à fait d'apparence normale et de l'autre nous avons un enfant limite déficience intellectuel qui a vraiment l'air complètement débile d'apparence, et on ose dire que les deux sont de l'autisme.

Le premier est le chanceux sauvé, l'autre est le malheureux bon à rien.


L'espoir, et le but, encore une fois de seulement dénigrer les thérapies misent en place au Québec, parce que ne vous faites pas avoir, c'était la SEULE ET UNIQUE raison du reportage qui a été diffusé à Radio-Canada, font alors place à ce jugement, à cette difficulté de comprendre toutes les subtilités de l'autisme en dehors du cliché, ces cas lourdement atteints qui existent vraiment.

"De nos jours on donne des diagnostics de maladie à n'importe qui, surtout des maladies mentales. Bien souvent les "victimes" sont en pleine santé."


Dans l'autisme, il y a donc les vrais, et il y les faux. 

1 sur 10 seront autonome dans le futur et sortiront de l'autisme.
1 sur 10 seront non-verbaux avec déficience toute leur vie.



Dans la réalité, il y en a 8 autres dont personne n'a parlé.

Pourquoi?

Parce qu'ils ne servent à rien.


Ils ne représentent pas ce que le Dr. Mottron veut ABSOLUMENT prouver. Alors il les tasse du revers de la main, parce qu'ils ne sont pas à rien pour sa cause.

Ils ne représentent pas l'autisme classique, donc à quoi bon parler d'eux si alors le reportage qui serait diffusé viserait de faire connaitre les noirceurs de l'autisme, le côté sombre, la tristesse...



Dans la réalité, tous ces reportages sont nuisibles plus que le contraire. Comment une personne ayant un enfant qui est dans les 8 sur 10 dont on ne parle absolument pas, et très rarement, voir jamais (si vous avez vu des reportages à ce sujet il me fera plaisir de les mettre ici et j'en serai très heureuse!), comment ces personnes peuvent alors être reconnue par leur famille et la société dans ce qu'elles vivent de l'autisme avec leur enfant?  Comment peuvent-elles elles-mêmes comprendre leurs propres enfants qui ne correspondent à aucun des extrêmes dont on parle toujours?


Vous avez certainement remarqué que je partage rarement les entrevues faites à la télévision, reportages sur l'autisme, parce que je trouve que ce n'est pas assez complet, et plutôt néfaste à la fin envers les parents d'enfants autistes.

Soit parce qu'ils n'ont pas sauvé leur enfant.
Soit parce qu'ils n'ont pas à s'en faire, leur enfant va être sauvé par les miracles de leurs parents.
Soit parce que leur enfant n'est pas un cas classique et clairement pas suffisamment autiste pour qu'on s'en fasse avec ça.
Soit parce que leur enfant a eu une étiquette juste par le zèle de parents et de spécialistes qui trouvent des maladies à tout le monde.
Soit parce que leur enfant n'a pas l'air suffisamment déficient.



Alors voilà, je suis pour la juste information, pas la poudre aux yeux ou la misère du monde. Malheureusement ce reportage je ne l'ai pas encore trouvé.

3 commentaires:

catellina

Merci! Voilà ce que j'aurais aimé être capable de dire suite à l'écoute de cet extrait....

Anonyme

Moi, ce que je trouve, c'est que la principale faiblesse de ces propos est temporelle. Les 1/10 qui ne paraissent pas et les 1/10 qui ne parleront pas, ils sont adultes aujourd'hui, donc, ils n'ont pas eu accès aux formules de stimulations d'aujourd'hui. Alors de dire que les programmes de stimulation ne sont pas nécessaires, ça n'a pas une grande crédibilité scientifique...

Aussi, les enfants rendus adultes aujourd'hui, n'ont probablement pas été mis en garderie à 1 an pour le retour au travail de la maman. Du coup, la stimulation "personnalisée" naturelle offerte par la maman (ben oui, je dis la maman, pcq si c'est rare un papa à la maison en 2013, imaginez en 1973!) et remplacée par la stimulation de groupe qui représente, à mon sens, un couteau à double tranchant pcq s'il y a une chance que l'enfant soit stimulé par le groupe, il y a une encore-plus-grande chance que l'enfant n'ait que la pulsion de s'exclure et se refermer au groupe. D'où l'intérêt des programmes de stimulation offerte par les CRDITED et cie.

Si on peut voir un message positif de ce genre de reportage, c'est qu'il va peut-être amener les NT à comprendre que ce n'est pas pcq autiste a de la difficulté ou n'est pas capable de s'exprimer que c'est une coquille vide pour autant. Qui plus est, le propos du Dr Mottron peut peut-être rassurer les parents qui sont sur les éternelles listes de d'attente pour leur enfant : ce n'est pas une question de vie ou de mort...

Fofie.

Annie

fofie, j'aime beaucoup ton dernier commentaire :)

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008