vendredi 26 juillet 2013

Vomir

Je l'avoue, j'aime mes titres un peu n'importe comment juste pour intriguer sur le sujet qui est touché dans le message.

Il faut revenir à la dernière gastro (malheureusement) d'il y a quelques mois pour comprendre d'où ça vient.

En fait, c'est que Tommy, grâce à ses nombreux parcours d'autobus trop long de sa première année à l'école spécialisée, plus les gastros que les enfants attrapent par-ci par-là, il a ajouté un nouveau mot à son vocabulaire.

VOMIR!

C'est quand même pratique et ça évite quelques dégâts sur le plancher ce qui est très positif.

Tommy SENT qu'il y a quelque chose qui se passe avec son corps et il nous averti. Wow! Je dirais même double WOW puisqu'il décode quelque chose dans son corps, ce n'est pas rien.

Évidemment, quand il a la gastro, il sait qu'il n'a pas le droit de boire parce qu'il vomi. On l'averti donc et il comprend même s'il ne trouve pas ça drôle du tout.


Bon, c'était bien, jusque-là.


Toutefois, l'autisme, on ne le dira pas assez, c'est complexe, c'est un gros casse-tête avec des pièces toutes mélangées.  On pourrait peut-être même dire que c'est plusieurs casse-têtes?

Tommy a commencé à utiliser le mot VOMIR, à différentes sauces. En fait, j'ai l'IMPRESSION (parce qu'il ne peut pas nous lui dire lui-même), qu'il le dit par "mémoire" en association avec les gastros, mais aussi parfois, parce qu'il sent qu'il ne va pas bien et que ça lui rappelle le même sentiment que la gastro, même si ce n'est pas ça.


Il y a deux semaines environ, il a trouvé en haut, une canne à pêche qu'il a fabriqué au camp de jour. Le genre de chose qu'il aurait fait et ne s'en serait pas préoccupé par après quand il était un peu plus petit.

Cette journée-là, il a vu que sa canne à pêche était brisé, le poisson au bout de la  corde ne s'y trouvant plus.

Il s'est mis à pleurer à chaudes larmes, criant

"Oh non! Poisson mangé"


Par la suite, il s'est mis à pleurer de plus bel en criant "VOMIR".

Il était vraiment désemparé, triste, et il se sentait probablement mal en dedans.

Tout ça n'est qu'hypothèse mais quand même.


La où ça se corse, c'est qu'il le répète maintenant plus souvent. Par exemple, le soir il a recommencé à demander parfois du lait avant de se coucher, ou parfois avant de partir de la maison pour l'école ou le camp.

Et si je refuse, j'ai le droit à un cri

"Oh non VOMIR"






1 commentaires:

Anonyme

Vomir, c'est tellement désagréable, même paniquant. Je crois que c'est peut-être la sensation la plus brutale "qu'on peut sentir venir". Ici, ça été la même chose. On a eu droit à des "J'ai envie de vomir!" ou des "J'ai mal au coeur" pour pas mal de trucs aussi, passant de la grosse peine, à la grosse frustration, à la crisette d'impatience. À force de requalifier ce que je crois qu'elle ressent vraiment, elle a réussit à distinguer "l'émotionnel" du "physique". En gros, ici, il y a la peine, l'impatience, le mal de coeur et, tout nouveau, le bobo au bedon.

L'important, comme tu le soulignes si bien, c'est quand nos cocos arrivent à identifier qu'ils ressentent qqch de "pas normal"!

Mais on doit bien être les seules maman à être contentes d'entendre notre enfant dire "Vomir!" ;)

Fofie.

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008