dimanche 8 juillet 2012

Une petite phrase qui me reste à travers la gorge...

Le titre a l'air plus grave que ça l'est en réalité. Mais ça reste que cette petite, minie phrase, et "la situation" en soit, m'a fait un petit quelque chose qui est resté coincé....

Être les parents d'un petit bout de 14 mois, qui est né, qui a même été conçu avec les risques que ça impliquait, c'est une chose différente d'être les parents d'un petit bout de 14 mois tout simplement.

En tout cas, pour moi, c'est différent. Parce que j'étais une mère zen, qui a toujours été pour le développement unique de chaque enfant et qu'ils ont bien le temps de se développer à leur rythme.

Maintenant, je suis un peu forcée de devoir être au devant des choses, d'être plus alerte et de surveiller les signes qui nous amèneront éventuellement ou non à une évaluation.

Être les parents de ce petit bout, et de constater nous-mêmes les risques c'est une chose...

Sortir, et voir d'autres enfants, c'est une autre chose. Voir des petits enfants du même âge, ou plus jeune même, qui regarde attentivement ce qui se passe, qui tappe dans les mains en même temps que les autres, avec le sourire.... et voir son enfant, qui lui, est dans la poussette, faute de pouvoir l'avoir dans les bras sans qu'il se débatte en fou, qui regarde un peu partout, tout en étant dans la lune.... qu'il n'a pas trop l'air de voir ce qui se passe.

J'ai même testé ma théorie de bébé en liberté dans une cour pleine de jeux et d'enfants...  en laissant aller mon bébé, qui par sa technique de faux quatre pattes bien à lui, il a réussi, en moins de deux, à se rendre jusqu'au parking où il y avait à son grand bonheur, plusieurs voitures et DES ROUES!!!!

Sortir, et constater ces choses, nous-mêmes alors que les autres gens n'y voient rien, c'est une chose.

Sortir, et mettre mon enfant aux côtés d'une petite puce de 4 mois plus jeune, de voir des enfants(entre 7-10 ans) interragir avec les bébés.... de voir mon bébé un peu dans la lune... c'est une chose.

Entendre un enfant d'une dizaine d'années, après avoir en vain demandé à mon bébé de jouer à tappe dans ses mains (à l'enfant) dire  "Ah... il comprend pas" et se retourner pour s'occuper de la petite puce de 10 mois qui participe activement au jeu le sourire aux lèvres...  ça... j'avoue que c'est encore coincé de travers dans ma gorge.

3 commentaires:

mikhawa

courage, l'amour que ces enfants nous donnent est une récompense valant plus que les souffrances dû aux regards des autres... (mais je comprends bien celles-ci)

Michael, papa d'un petit Samuel autiste de 4 ans et demi.

Marian

J’avoue que les commentaires des enfants sont parfois très durs et qu'ils sont parfois plus difficiles à prendre que ceux des adultes. Les enfants n'ont pas de filtre, donc ils sont spontanés et c'est parfois blessant, ça m'est arrivé déjà. Ils nous jettent la vérité en pleine face et ça nous blesse. Cependant, on finit par oublier ces petits commentaires, qui sont faits sans méchanceté, car on aime tellement nos petits bouts de choux aussi différents qu'ils peuvent être.

Annie

Marian : J'ai seulement été observatrice de loin. La phrase ne m'étais pas adressée. Quand j'ai vu ça j'ai offert à l'enfant de "motiver" bébé en lui prenant la main pour le faire et il a bien voulu essayé c'est bébé qui était pas tres coopératif.

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008