vendredi 23 avril 2010

Parce que difficile n'est pas synonyme de malheur

C'est une petite mise au point toute spéciale ce soir.

Je m'excuse d'avance si je répète des dires que j'aurais eu dans d'autres messages, je ne garde pas le fil de tous mes écrits.

Je relance en fait la balle à Nathalie, créatrice du site Autisme infantile.  Je relance sur un de ses derniers messages "La peur du découragement".  Le texte m'a fait réfléchir sur mes écrits des dernières semaines qui peuvent, par moments, paraitre sombre. Probablement plus sombre qu'ils ne le sont réellement.

J'ai vécu(ça je me souviens il me semble l'avoir écrit ici), il y a quelques temps un événement qui m'a bouleversé. En fait l'événement en soi est un peu banal, mais ça m'a fait réfléchir à ce moment sur l'image qu'ont les gens du bonheur.


Qu'est-ce que le bonheur?

Je parlais de mon vécu et mes enfants sur un forum de discussion jusqu'au jour où une personne me dit que c'était évident que je n'étais pas heureuse.

Depuis quand, dites-moi, dire que c'est difficile est synonyme de malheur? C'est ce qui semble traverser l'esprit de trop de gens à mon goût. Si on dit que c'est difficile ça veut dire qu'on est malheureux, triste, pas souriant...

J'ai l'impression que dire "c'est difficile" rendent les gens carrément inconfortables, voyant le pire... oubliant qu'il y a pourtant beaucoup de soleil dans nos journées.

OUI c'est difficile. OUI je me permets ou même dirai-je, J'AI LE DROIT de le dire aussi haut et aussi fort que nécessaire.

Je l'ai même encore écrit ce matin sur le blog de la grande avec le "mystère de plus en plus lourd"

NON je ne suis pas malheureuse.

Que ce soit clair une fois pour toute. 

Ce ne sont pas les défis qui font le malheur, ce sont les enfants qui font le bonheur. Pour chaque défi ils apportent une tonne de bonheur à leur façon.

Le bonheur de voir Tommy manger pour la première fois un "sandwich" aux biscuits soda et fromage en tranche.

Le bonheur d'entendre la minie me dire "Mamaaaaan arrête" ou de l'avoir vu faire son plus beau bye bye depuis des mois de pratique.

Le bonheur de voir ma grande faire du tricycle, parce que malgré la frustration et l'exigence psychologique que ça m'amène, je suis plus que fière de ma  grande et de tous ses efforts. Parce que même si elle ne le comprend pas elle-même, même si elle n'est pas consciente de tous ses défis... tous ces progrès demande beaucoup de travail insconcient pour elle.

Notre vie est difficile, malgré tout ma journée est souvent ensoleillée par leurs rires aux éclats, leurs sourires... ma grande qui me dit "je t'aime trop maman".


J'ai mes moments de bonheurs à tous les jours. Parfois les journées sont plus sombres, mais le soleil perce tout de même les nuages. Si une journée je ne l'ai pas vu... je sais qu'il n'est pas bien loin derrière les nuages qui vont finir par lui faire une petite place en attendant les journées à ciel dégagé (parce qu'il y en a aussi!).


Alors j'espère que le message est passé... parce que c'est un message important que tout le monde devrait entendre (du moins lire!!)

1 commentaires:

Brigitte

Je suis entièrement d'accord avec toi!
oui c'est vrai qu'il y a des bouts qui sont plus difficiles à passer, mais le soleil revient toujours.

Et il ne faut pas oublier que nous avons le droit d'avoir des périodes plus basses....

Ça fait toujours du bien de te lire...
Merci d'être là!

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger template 'Colorfull' by Ourblogtemplates.com 2008